PIQUANT

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Y.AMAR : Le sel, le poivre, le piment ... Vous savez comme moi que
ces denrées servent à relever ce qui manque de goût, à pallier la
fadeur de certains plats.

E.LATTANZIO : Ca sert dans la nourriture ... Ca sert également
dans la vie. Et si votre vie est fade, vous pouvez dire qu'elle
manque de piquant.

Y.AMAR : Voilà un adjectif pittoresque et très transparent. Il
était sûrement plus employé en français classique, mais il reste
d'usage courant. On l'employait souvent d'ailleurs à propos des
humains : on parle, on parlait plutôt d'une petite brune assez
piquante ...

E.LATTANZIO : On utilise aussi le verbe pimenter pour dire qu'on
donne du relief à quelque chose, en particulier au sens figuré :
vous voulez écrire un roman ? Votre éditeur vous conseillera de
pimenter votre intrigue, de rajouter ici un meurtre, là un amant à
la belle ... Au sens propre, dans la cuisine, le mot ne s'emploie
que comme adjectif : une sauce est très pimentée ...

Y.AMAR : Une histoire ne sera pas pimentée mais elle être "salée",
c'est-à-dire légèrement scandaleuse et un peu grivoise.
Probablement parce que "salé" fait penser à "salace".

E.LATTANZIO : On ne dit pas que l'histoire est poivrée. Pourtant
le poivre a eu, jadis, plusieurs significations figurées : c'était
par exemple l'eau-de-vie, ce qui explique le mot mot familier qui,
encore aujourd'hui, désigne l'ivrogne : le "poivrot".

Y.AMAR : C'était Parler au Quotidien, une émission proposée par le
Centre National de Documentation Pédagogique ...

E.LATTANZIO : ... Et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives