CHAIR

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

Y. AMAR : "Chair à canon" ! Voilà une expression marquante pour
désigner les escadrons que les généraux ou les politiques
envoyaient tranquillement au front, se faire trouer la peau. Bien
sûr, l'expression est anti-militariste qui dénonçait le cynisme et
la froideur des gouvernants par rapport à la vie humaine.

E. LATTANZIO : Bizarrement, on dit que l'expression a été inventée
par Napoléon qui, pourtant, n'était pas vraiment anti-militariste.

Y. AMAR : On voit, en tout cas, que le mot "chair" a de nombreux
emplois. Souvent, il renvoie à un homme dépossédé de son humanité,
de sa dignité humaine.

E. LATTANZIO : Il y a aussi un emploi religieux qui oppose "la
chair" (le corps, la matière) à l'"esprit".Et quand on dit qu'on a
vu quelqu'un en "chair et en os", on accentue également cette
réalité matérielle. Je l'ai vu en chair et en os, c'est-à-dire :
je l'ai vu en personne. Ce n'était ni une photo, ni un leurre.

Y. AMAR : En langue classique, la chair, étrangement, désignait la
peau. Et, aujourd'hui encore, le mot renvoie à une couleur : celle
de la peau également.

E. LATTANZIO : "Bien en chair" signifie un peu gras, mais le mot
n'est pas forcément négatif. Pensez aux toiles de Rubans où l'on
voit des jeunes filles qui ne sont ni maigres, ni laides : elles
sont bien en chair...

Y. AMAR : ... Et ce mot fait encore référence à l'extérieur du
corps. Alors que parfois le mot renvoie au plus profond de l'être
humain. Souffrir dans sa chair, c'est souffrir physiquement,
matériellement ... pas seulement de façon intellectuelle.

E. LATTANZIO : Et de façon plus ironique, on parle de la chair de
sa chair pour parler de ses enfants. Ne nous quittons pas sans
évoquer le plaisir de la chair, le pêcher de chair, c'est-à-dire
la sexualité.

Y. AMAR : C'était "Parler au quotidien", une émission proposée par
le Centre National de Documentation Pédagogique ...

E. LATTANZIO : ... et par Radio France International.

Go à la page principale d'archives