TERRAIN

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

E. LATTANZIO : Tout récemment, Alain Juppé a demandé à ses
ministres d'aller sur le terrain ...

Y. AMAR : ... C'est-à-dire de sortir de leur bureau, de ne pas
avoir peur des réalités concrètes, d'aller même à leur rencontre.

L'origine de l'expression est belliqueuse : dans un vocabulaire
guerrier, le terrain, c'est le théâtre des opérations; dans la
pratique du duel, c'est l'endroit où l'on va se battre - on
parlait également du "pré".

E. LATTANZIO : Aujourd'hui, le terrain s'oppose au bureau
d'études, au ministère, au secteur tertiaire. Il faut aller
affronter les réalités du terrain, avec leur complexité, leurs
paradoxes, leurs contradictions. Il ne faut pas se contenter de
chiffres et de théories.

Y. AMAR : On oppose donc les hommes de terrain aux hommes de
dossier, mais le mot de terrain a parfois gardé, de son passé
militaire, un écho plus stratégique.

E. LATTANZIO : On dit, par exemple "amener quelqu'un sur son
terrain", c'est-à-dire amener la discussion sur un sujet, un
ensemble de problèmes qu'on connaît bien.

Y. AMAR : Et à ce moment, vous pouvez peut-être occuper le terrain
: prendre une place vacante, vous occuper d'un sujet avant que
quelqu'un le fasse à votre place, montrer votre compétence pour
tel ou tel domaine, de telle sorte que tout naturellement, c'est à
vous qu'on s'adressera le cas échéant. Si vous êtes directeur des
ressources humaines et que le directeur commercial - votre
collègue - s'en va, vous pouvez, avant que quelqu'un d'autre
n'occupe ce poste, vous en occuper vous-même... vous faites
l'important,, vous prenez des décisions, vous gérez les affaires
quotidiennes ... bref, vous occupez le terrain, et peut-être que
c'est à vous qu'on finira par confier essentiellement cette
responsabilité.

E. LATTANZIO : Quant à "tâter le terrain", c'est une expression
qui vient du vocabulaire de l'équitation : un cheval, du bout de
son sabot, tâte le terrain. De façon figurée, cela signifie qu'on
essaie de sonder les opinions de quelqu'un, de mesurer
indirectement ce qu'il pense d'un problème ou d'un projet.
J'aimerais partir en vacances avec ma cousine, mais je ne suis pas
sûre que ma mère soit d'accord. Je vais lui en parler à mots
couverts pour voir comment elle réagit : je vais tâter le terrain.

Y. AMAR : C'était "Parler au quotidien", une émission proposée par
le Centre National de Documentation Pédagogique...

E. LATTANZIO : ... Et par Radio France Internationale


Go à la page principale d'archives