PIERRE, PAUL et JACQUES

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

E.LATTANZIO : Mon mari, après son travail, ne rentre jamais
directement, mais s'attarde toujours pour discuter avec Pierre,
Paul, Jacques ...

Y.AMAR : ... C'est-à-dire avec le tout venant, avec des gens que
je n'identifie pas, que je nomme de façon vague et presque
indifférente. Ceci dit Pierre, Paul et Jacques sont des prénoms
courants, anciens, indémodables. Si on ajoute Jean, on a les
mousquetaires de base des prénoms français. Et ça s'explique du
fait que ces quatre personnages, au départ, sont de grands saints,
qui trônent au Panthéon des grands noms de la Chrétienté.

E.LATTANZIO : Pierre et Paul n'ont ni qualité, ni défaut précis.
Mais on les retrouve tous les deux dans quelques expressions,
comme "déshabiller Pierre pour habiller Paul", c'est-à-dire
résoudre un problème en en créant un autre, déplacer un problème.

Y.AMAR : Dans le monde politique par exemple, si l'on donne 25
milliards au Ministère de l'Agriculture, mais qu'on les prend dans
le budget du Ministère du Travail, on déshabille Pierre pour
habiller Paul, c'est un jeu de compensation.

E.LATTANZIO : Quant à Jacques, il sent bon sa ruralité.
Traditionnellement le Jacques c'est le paysan. La jacquerie, c'est
la révolte paysanne.

Y.AMAR : Et faire le Jacques, c'est faire le niais. Mais cette
expression n'est pas si ancienne : pas plus d'un siècle. Mais
c'est le dernier, le 20ème, le siècle de l'urbanisation à outrance
et de l'exode rural.

E.LATTANZIO : Jean n'a pas meilleure presse que Jacques. Déjà La
Fontaine (dont c'était le prénom) employait l'expression
"gros-jean" : "je suis gros-jean comme devant" c'est-à-dire j'ai
perdu ma peine, je n'ai rien gagné à cette entreprise, je suis
aussi bête et aussi démuni qu'avant (puisque devant=avant).

Y.AMAR : L'expression est ancienne, archaïque, mais encore
parfaitement comprise par tout le monde. C'était Parler au
Quotidien, une émission proposée par le Centre National de
Documentation Pédagogique ...

E.LATTANZIO : ... Et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives