BANALISER

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

E. LATTANZIO : Feuilletons violents, images horribles ... On peut
dire que la télévision a banalisé la violence.

Y. AMAR : Comme hier avec cette fiction sanglante : "Les
tronçonneuses du crépuscule". Le danger, c'est la distinction de
plus en plus difficile à faire entre violence fictive et violence
réelle, entre le feuilleton et les informations.

E. LATTANZIO : La télévision rend donc la violence banale et en
même temps, elle supprime le caractère insupportable, inadmissible
de cette violence. Et ces deux sens sont inclus dans le verbe
banaliser, dans son emploi actuel.

Y. AMAR : On parle également de racisme ou d'antisémitisme
banalisés, pour souligner que certaines prises de position ou
attitudes qui n'osaient pas se montrer au grand jour, il y a
quelques années, sont aujourd'hui de plus en plus fréquentes. Ca
tend à se banaliser.

E. LATTANZIO : Ce terme "banaliser" a aussi un sens moins
inquiétant. Par exemple, l'usage des répondeurs téléphoniques se
banalise. C'est beaucoup plus répandu, surtout en ville et chez
les gens seuls. Il existe également ce qu'on appelle des voitures
banalisées. Elles ne sont pas si fréquentes que ça : le sens du
mot "banalisé" est ici particulier. Il s'agit de voitures de
police qui n'ont aucun signe distinctif. On ne peut donc pas les
reconnaître.

Y. AMAR : Des voitures sans uniforme pour ainsi dire. Des voitures
qui épient sans képi. On parle parfois aussi d'ambassade
banalisée, c'est-à-dire des ambassades qui n'en sont plus, qui ont
perdu leurs avantages d'extraterritorialité. De même un campus
universitaire, lorsqu'il cesse d'être universitaire est banalisé.
Il redevient un terrain comme un autre.

E. LATTANZIO : Quant aux voies de chemin de fer banalisées, c'est
un sens du mot tout à fait spécial. Il s'agit de voies ferrées
simples : il n'y en a qu'une, pour l'aller et le retour. Deux
trains, donc, ne peuvent s'y croiser, et c'est le même convoi qui,
alternativement, roule dans un sens puis dans l'autre.

Y. AMAR : C'était parler au Quotidien, une émission proposée par
le Centre National de Documentation Pédagogique ...

E. LATTANZIO : ... et par RADIO FRANCE INTERNATIONAL.

Go à la page principale d'archives