UN POINT C'EST TOUT

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

E. LATTANZIO : Après la classe, tu rentres à la maison, un point
c'est tout. On coupe court à la discussion.

Y. AMAR : Et on mentionne le point qui, au départ, est un signe de
ponctuation. A l'écrit, la ponctuation sert à rendre l'intonation,
le rythme de la phrase, l'expression. Mais le langage parlé a
parfois récupéré ces signes pour en faire des expressions toutes
faites : "un point c'est tout!".

E. LATTANZIO : On dit aussi "point à la ligne", avec un peu le
même sens.

Y. AMAR : "Point!" s'emploie aussi pour clore une discussion,
supprimer une restriction : "Ils jouent drôlement bien au rugby,
pour des gens du Nord ..." "Non Monsieur, ils jouent drôlement
bien au rugby, point!".

E. LATTANZIO : Ce n'est pas la peine de relativiser cette
affirmation. Le point d'interrogation s'utilise pour désigner
quelque chose qu'on ne sait pas encore. Par exemple : une grande
exposition est prévue sur le thème sport et peinture. Quant au
lieu choisi pour cet événement, c'est encore un point
d'interrogation.

Y. AMAR : Entre parenthèses, je peux vous dire que ça se passera
en Suisse ... "Entre parenthèses" : je fais semblant de vous dire
ça comme en passant, sans y accorder d'importance. Mais en fait,
c'est ça l'important.

E. LATTANZIO : Certains disent, surtout depuis quelques années,
"par parenthèses". Mais c'est un certain snobisme. En principe,
les puristes ne veulent pas de cette expression et d'autres
trouvent cette locution au contraire assez sophistiquée, un peu
précieuse.

Y. AMAR : Terminons avec les guillemets, bien utiles pour dire ce
qu'on a scrupule à dire. Si j'ai une information exclusive à vous
communiquer, que l'anglicisme me vient spontanément à la bouche,
je pourrai me reprendre en disant : "Je vais vous livrer un scoop,
entre guillemets".

C'était Parler au Quotidien, une émission proposée par le Centre
National de Documentation Pédagogique ...

E. LATTANZIO : ... et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives