DRAME

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

E.LATTANZIO : Rwanda, Bosnie, Tchétchénie ... Nombreuses sont
aujourd'hui les régions où l'on parle de "drame".

Y.AMAR : Hélas, on a le choix. Mais on parle aussi bien du petit
Emile qui a perdu son canif ... ça a fait tout un drame ... Du
facteur qui a tué sa femme infidèle : drame de la jalousie.

E.LATTANZIO : Ou encore drame bourgeois à l'Odéon, et là il s'agit
de théâtre : on reprend une pièce d'Octave Mirbeau, qui est
qualifiée, sans intention péjorative, de drame bourgeois.

Y.AMAR : Ce mot "drame" a donc des emplois multiples et pas
toujours tragiques.

E.LATTANZIO : En grec le mot "drama" désigne simplement une
action, notamment une action théâtrale.

Y.AMAR : Mais bizarrement, ce mot n'apparaît que très tardivement
en français. Il ne devient courant que vers la moitié du 18ème
siècle, avec des auteurs comme Diderot ou Sedaine, qui écrivent
des comédies sérieuses.

E.LATTANZIO : Mais il faut attendre le 19ème siècle pour que le
mot connaisse le succès, grâce au "drame romantique".

Y.AMAR : Grâces soient rendues à Victor Hugo qui a rendu célèbre
ce genre de drame où se mêlent grotesque et sublime.

E.LATTANZIO : Et à cette même époque apparaît une forme théâtrale
très populaire, le "mélodrame". Le mot désignait d'abord un
fragment d'oeuvre musicale (souvenez-vous du mélodrame de Fidélio
de Beethoven) durant lequel un chanteur déclamait son texte sur
fond d'accompagnement orchestral. Mélodrame vient bien de
"mélodie".

Y.AMAR : Ensuite le mot s'applique à des pièces souvent
larmoyantes, très romanesques, qui ressemblent aux feuilletons qui
ont eu tant de succès à la même époque.

E.LATTANZIO : Oui, une émotion outrée, comme dans les "Deux
orphelines". On a même l'adjectif qui va avec : mélodramatique =
qui fait pleurer, parfois même un peu facilement.

Y.AMAR : "Mélodrame" est souvent d'un emploi ironique. Plus encore
lorsqu'on l'abrège : "Arrête ton mélo!... C'est du mélo!" Mais là
encore, "drame" est lié au théâtre. Ce n'est que très tard que
"drame" désigne une situation tragique de la vie réelle : "le
pique-nique a tourné au drame : j'avais oublié le sel pour les
oeufs durs". C'était Parler au Quotidien, une émission proposée
par le Centre National de Documentation Pédagogique ...

E.LATTANZIO : ... Et par RADIO FRANCE INTERNATIONALE.

Go à la page principale d'archives