GOUTER - SAVOURER - DEGUSTER

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

E.LATTANZIO : C'est aujourd'hui que commence la semaine du goût
qui s'est donné comme vocation d'éduquer le goût des enfants, de
le développer, de l'affiner.

Y.AMAR : Donc les enfants vont goûter un certain nombre de plats,
d'ingrédients différents. C'est-à-dire les porter à leur bouche
pour en reconnaître la saveur.

E.LATTANZIO :  Plusieurs constructions sont possibles avec ce
verbe "goûter" : on peut goûter un vin, par exemple ...

Y.AMAR : ... Mais on peut aussi goûter à un vin. Le sens n'est pas
très différent.

E.LATTANZIO : Mais on peut dire également "goûter de" quelque
chose :  "goûtez de ce gateau, vous m'en direz des nouvelles". On
a là l'idée qu'on va en goûter une petite portion pour s'en faire
une idée.

Y.AMAR : Une fois qu'on sait goûter, on peut tenter de "savourer",
un verbe hédoniste, plein de plaisir de la table, qui évoque qu'on
goûte en appréciant et en sachant pourquoi on apprécie. Donc, en
général, on prend son temps, on savoure lentement.

E.LATTANZIO : Le mot s'emploie aussi au figuré : on savoure une
victoire ...  ou même, parfois, une vengeance.

Y.AMAR : Enfin, on peut "déguster".  Le mot, cela s'entend, est de
la même famille que goûter, mais son emploi est différent :
déguster c'est une affaire de spécialiste, on déguste en
connaisseur, en sachant de quoi il s'agit.

E.LATTANZIO : Mais le sens figuré de ce verbe est très particulier
et ironique :  déguster peut être synonyme de souffrir, de passer
un mauvais moment : je suis allée chez le dentiste ...  J'ai
dégusté.  Mais, rappelons-le, c'est très familier.

Go à la page principale d'archives