PORTRAIT

Par: Yvan Amar et Evelyne Lattanzio

E.LATTANZIO : Il y a maintenant une grande exposition Picasso qui
se tient à Paris depuis quelques jours et qui est consacrée plus
spécialement au "portrait".

Y.AMAR : Au portrait, c'est-à-dire à la représentation de
quelqu'un : le portrait est l'image d'un modèle humain, avec le
souci d'une certaine ressemblance. Les portraits de Picasso sont
"ressemblants", en tout cas, ils essaient de capter une certaine
vérité du modèle.

E.LATTANZIO : Il existe toutes sortes de cadrages pour les
portraits en pied, en buste, juste le visage, etc. Et certains
peintres sont spécialisés dans ce genre, que ce soit Velasquez ou
les peintres de la Place du Tertre à Paris, on les appelle des
portraitistes.

Y.AMAR : On peut aussi se peindre soi-même, il s'agit alors d'un
autoportrait, bien que certains autoportraits soient titrés
"portrait de l'artiste".

E.LATTANZIO : En photographie on parlera aussi de portrait
lorsqu'on met l'accent sur l'intention du photographe. On met ça
en scène : la pose, le décor, le costume sont étudiés. C'est le
contraire de l'instantané.

Y.AMAR : Familièrement, on dit qu'on va se faire "tirer le
portrait" lorsqu'on va se faire photographier, notamment pour
avoir des photos d'identité.

E.LATTANZIO : On a avec "portrait" quelques autres expressions
familières faciles à comprendre : c'est tout le portrait de son
père, c'est-à-dire il lui ressemble étonnamment, c'est son
portrait "craché".

Y.AMAR : Exercice plus difficile, faire le portrait de quelqu'un
qu'on ne connaît pas. C'est pourtant le cas avec les
"portraits-robots" que la police essaie de construire à partir des
descriptions qu'on lui fait d'un malfaiteur.

E.LATTANZIO : Enfin, on appelle "portrait" la description écrite
ou parlée qu'on fait de quelqu'un pour le faire connaître au
public : le portrait est un genre journalistique.

Y.AMAR : S'il est trop méchant, trop dur, trop acide, on parlera
d'un portrait au vitriol.

Go à la page principale d'archives