SAINT SYLVESTRE ET SAINT GLINGLIN

Par: (pas credité)


Y.AMAR : C'est aujourd'hui le 31 décembre, dernier jour de
l'année, et jour où l'on fête, lorsqu'on en connait , les
Sylvestre. La "Saint-Sylvestre" a ce privilège de rester l'un des
très rares jours que l'on nomme encore par son Saint. Cette
appellation sert essentiellement à désigner la nuit traditionnelle
de festivités qui fait passer d'une année à l'autre (Réveillon de
la Saint-Sylvestre).

E.LATTANZIO : D'ailleurs, ce n'était pas n'importe qui ce Saint
Sylvestre, Pape de 314 à 335, qui, dit-on (mais on l'a dit bien
plus tard ...) aurait baptisé l'Empereur Constantin, et donc fait
prendre un sacré tournant au christianisme. Surtout ne pas
confondre avec Sylvestre III et Sylvestre IV, vulgaires antipapes
(la honte!)

Y.AMAR : A part ça, force nous est de constater que la laïcisation
a tué les Saints bien plus sûrement que les persécutions, qui
paradoxalement, en en faisant des martyrs, les faisait vivre dans
les mémoires et les calendriers.

E.LATTANZIO : De nos jours, qui parmi les plus saints des saints,
pourrait prétendre l'emporter sur le cuistre quantième ? Le civil
et l'urbain ont tué tout ça. A l'extrême rigueur, on situe la
Saint-Jean (24 juin et les fêtes de solstice) grâce à sa nuit et à
ses feux. Mais trois fois sur quatre, on a oublié que c'est Saint
Jean-Baptiste.

Y.AMAR : La Saint-Valentin bénéficie d'un louche regain de
popularité, grâce à des motivations purement lucratives (faites
des cadeaux à vos flirts, les commerçants s'enrichiront).

E.LATTANZIO : Même quand le Saint est encore familier, sa mention
est le plus souvent archaïsante (je vous parie une caisse de
champagne que vous ne savez pas la date de la Saint-Médard, même
si vous vous rappelez les Frères Jacques et les proverbes météo :
le 8 juin).

Y.AMAR : Bizarrement et c'est toute la séduction de notre
français, beau parfois parce qu'illogique, c'est le moins fixe et
le moins authentique des saints qui sert le plus souvent : Saint
Glinglin. "A la Saint-Glinglin" = jamais ou en tout cas dans un
avenir très vague, très lointain et très hypothétique.

E.LATTANZIO : Qu'est-ce c'est que ce drôle de paroissien ? Au
départ un pléonasme, mâtiné d'onomatopée : "saint" = seing (de
signum en latin) = signal et en particulier sonnerie de cloches en
ancien français. "Glinglin" vient de klingen = sonner, résonner
(langues germaniques).

Y.AMAR : Donc "Saint Glinglin" = "gling gling gling" = ding dingue
dong, tintement polyglotte et touffu qui s'est rajouté au
calendrier, en concurrence avec la Saint-Ripolin, ou la
Saint-Saucisson, de même sens et de même utilisation.


Go à la page principale d'archives