ANTIQUAIRES, BROCANTEURS

Par: (pas credité)


Y.AMAR : Un salon des antiquaires s'ouvre aujourd'hui.
D'antiquaires ? C'est-à-dire ceux qui font commerce d'objets
anciens et de valeur : mobilier, bijoux, objets d'art, etc ...

E.LATTANZIO : Ils vendent donc des "antiquités" et non des
"antiquailles", dérivé qui appartient à la même famille de mots
mais qui est plaisant ou péjoratif.

Y.AMAR : L'antiquaire vend des antiquités. Le brocanteur, lui,
vend un peu n'importe quoi. L'origine du mot est obscure, mais il
est probablement formé sur "brok", qui en vieux néerlandais
signifie "morceau". Cela évoque donc des objets dépareillés,
vendus à la pièce.

E.LATTANZIO : Ils sont parfois présents dans un "bric à brac",
expression qui évoque un amoncellement d'objets divers.

Y.AMAR : Ce qui fait penser à "de bric et de broc" : fait de
pièces et de morceaux. C'est ce qu'on appelle des formations
expressives, qui au fil du temps, associent un sens à un son.

E.LATTANZIO : A côté des brocanteurs, il y a aussi les
ferrailleurs et les chiffonniers qui récupèrent de la ferraille
pour la vendre au poids ou des objets, des matériaux divers. On
voit bien en tout cas qu'entre les antiquaires, les brocanteurs,
les ferrailleurs, il y a toute une hiérarchie.

Y.AMAR : Terminons avec les marchés aux puces, dans la banlieue
parisienne qui, au départ, étaient des marchés de brocanteurs.
Mais avec le succès, ils sont en général devenus plus chers, plus
chics, et on y trouve aujourd'hui beaucoup d'antiquaires.


Go à la page principale d'archives