LES PRENOMS D'ANIMAUX

Par: (pas credité)


E.LATTANZIO : Demain s'ouvre le salon canin, bonne occasion de
faire le point sur la façon dont nous nommons les animaux.

Y.AMAR : "On l'a bien eu Médor !" Médor est le nom par excellence
du chien. Tellement par excellence que c'en est ridicule. De fait,
je crois n'avoir jamais rencontré de chien répondant réellement à
ce doux nom.

E.LATTANZIO : Par contre, j'ai entendu aboyer bien des César,
Alexandre, Napoléon, Hercule, Gengis Khan ... Rex, au pied !

Y.AMAR : Le chien porte volontiers le nom d'un héros, d'un
conquérant, d'un grand capitaine. Médor, ce fut cela aussi, tout
au moins en littérature. Souvenez-vous de "Roland Furieux" : Médor
y est un jeune Sarrazin paré de toutes les grâces. Blessé au
combat alors qu'il tente de soustraire à l'horreur du champ de
bataille le corps de son prince mort, Dardinel, il est sauvé par
la belle Angélique, qui le cache, le soigne, l'aime et l'épouse.

E.LATTANZIO : On conçoit donc aisément que ce patronyme aille
comme un gant au fringant aboyeur qui, le matin, vous apporte
votre quotidien favori dans sa gueule affectueuse.

Y.AMAR : Des Médors, Dieu sait qu'il y en eut. Des Médoras, point
tant, alors pourtant que chez Lord Byron (Le Corsaire) c'est le
type même de l'amante parfaite : elle meurt de douleur en
apprenant la mort de son Conrad.

E.LATTANZIO : Des Mirza, ça, oui, il y en a, dans la gent canine,
surtout chez les femelles, ce qui est bizarre vu que c'est un nom
d'homme en persan. C'est même une dignité (= Prince ou Monseigneur...)
et c'est d'ailleurs le nom de l'un des épistoliens des
"Lettres Persanes". Passage au féminin à cause de la finale en "a"?
Probable.

Y.AMAR : Mais nombre d'autres animaux familiers ont des noms dont
certains ont un succès durable. Renard est le plus remarquable.

E.LATTANZIO : Renars, Renaud, etc ... sont des noms humains. Au
12ème siècle, une épopée en latin de Maître Nivardus, fait
apparaître un "Ysengrinus", le loup, et un "Renardus", le goupil.

Y.AMAR : Ce sont déjà les personnages principaux du "Roman de
Renart" (13ème siècle). De Renart-le-Goupil, on est passé au
renard et le nom propre est devenu nom commun. On dit parfois un
minet, un minou, pour dire un chat, mais cela reste bien sûr du
langage enfantin.

E.LATTANZIO : Pourquoi minou - minet ? Analogie probable avec
l'onomatopée qui désigne le miaulement de l'animal. Mais le destin
du minet déborde la forme souple du félin quadrupède.

Y.AMAR : Un minet = un jeune homme, puis un jeune homme soigné de
sa personne, voire efféminé. Puis minet/minette = jeunes gens de
la bourgeoisie (légèrement méprisant : les minets du drugstore).

E.LATTANZIO : Puis le mot accentue presque uniquement le côté
jeune : "ce vieux dégoûtant fait les yeux doux à une minette de 18 ans!" ...


Go à la page principale d'archives