SEPT

Par: (pas credité)


E.LATTANZIO : "Sept d'or" : distinction du monde télévisuel. Les
trophées, dessinés par Matthieu sont en forme de 7. Et le chiffre
se fait mot pour désigner cette récompense.

Y.AMAR : Pourquoi 7 ? Traditionnellement les programmes TV
s'organisent selon une structure de semaine. Revanche légitime
d'un chiffre inexplicablement écarté des milieux où il devrait
régner en maître : 7 devrait être le chiffre de toute logique
hebdomadaire (hebdo = 7) et pourtant 8 l'évince : dans 8 jours,
une huitaine, etc ...

E.LATTANZIO : Pourtant, 7 n'est pas si mal loti, puisque depuis
bien longtemps, il est porteur d'une forte charge symbolique,
voire magique. Ce qui se retrouve dans quelques croyances et
expressions plus ou moins pittoresques ...

Y.AMAR : 7 ans, c'est l'âge de raison. On disait jadis : "il a
sept ans et un couteau" (un peu sur le modèle "majeur et vacciné,
20 ans et toutes ses dents" ...) ce qui signifiait : il a 7 ans et
le droit/la capacité à se servir d'un couteau.

E.LATTANZIO : On parle aussi des "7 vies d'un chat, des bottes de
7 lieues, de 7 ans de malheur (quand on brise un miroir)" ou même
de "tourner 7 fois sa langue dans sa bouche" pour éviter de dire
trop vite une bêtise.

Y.AMAR : Tous ces exemples viennent de la culture populaire
(comme, plus récente, la formule qui a fait fortune grâce à Tintin
: de 7 à 77 ans). Mais les choses qui vont par 7 sont légion :
dans le monde antique, ça pullule. Les 7 contre Thèbes, les 7
sages de la Grèce, les 7 Merveilles du Monde, qui ont donné
naissance à l'expression "la huitième merveille du monde" employée
ironiquement lorsque quelqu'un survalorise quelqu'un d'autre, le
place au-dessus de toute critique : son fils, sa femme, son chef
de bureau, c'est la huitième merveille du monde.

E.LATTANZIO : L'imagerie chrétienne n'échappe pas à cette
fascination du 7, avec une lourde hérédité de l'Ancien Testament
(on maudissait "jusqu'à la septième génération"), volontiers
reprise : les 7 sacrements de l'Eglise, les 7 vertus chrétiennes,
les 7 pêchés capitaux, qui eux aussi ont donné naissance à une
expression aujourd'hui disparue : "laid comme les 7 pêchés
capitaux".

Y.AMAR : Ne terminons pas sans mentionner les traces de cosmogonie
christiano-païenne qui nous ont légué le "7ème ciel".



Go à la page principale d'archives