LANGUES ET LANGAGES COMPOSITES

Par: (pas credité)


Y.AMAR : On sait qu'aujourd'hui commence l'exposition Expolangues,
ce qui nous fournit un excellent prétexte pour parler de la
multiplicité des langues, en commençant par le mythe de Babel.

E.LATTANZIO : Babel désigne métaphoriquement un lieu où se
côtoient des peuples différents. D'où le terme "babélisme", rare
et savant, pour désigner cette prolifération des langages hybrides
qui intègrent des éléments hétérogènes en une sorte de langage
international.

Y.AMAR : Et il existe certains outils de communication (n'osons
pas encore parler de langue) qui servent uniquement au contact
entre gens de langues différentes.

E.LATTANZIO : La contamination d'un langage par un autre est un
phénomène ancien. Ainsi le "sabir" (de l'espagnol saber = savoir)
mélange d'arabe, de français, d'espagnol et d'italien, était-il
une langue hybride que l'on parlait dans les ports d'Afrique du
Nord et du Levant, et qui servait aux marins de différentes
nationalités pour communiquer entre eux. Par extension, le mot en
est venu à désigner péjorativement un langage hybride
incompréhensible.

Y.AMAR : Et le "pidgin", anglais peu orthodoxe parlé par les
chinois pour se faire comprendre dans les échanges commerciaux au
siècle dernier est-il un sabir au sens de langage corrompu et fait
d'éléments disparates.

E.LATTANZIO : "Pidgin" à l'origine est une altération du mot
"business", prononcé par des chinois ou des maltais.

Y.AMAR : On est plus proche d'une langue véritable qu'avec le
sabir, les logiques de grammaire et de syntaxe sont plus
importantes. Mais ce n'en est pas vraiment une parce qu'elle ne se
transmet jamais de parents à enfants, le pidgin n'est la langue
maternelle de personne.


Go à la page principale d'archives