GERONTE

Par: (pas credité)


Y.AMAR : Aujourd'hui s'ouvre le salon "Gérontexpo". Les mots de la
famille de "géronte" viennent du grec "geron" = vieillard. Ils
sont d'emploi récent (19ème et 20ème siècles), sous l'influence
probable de la durée de vie qui a multiplié à la fois le nombre de
personnes âgées et des sciences, lieux ou disciplines ayant
rapport à elles.

E.LATTANZIO : Géronte est d'abord un nom propre qui désigne dans
la comédie classique un père faible, ridicule, que ses parents
(fils, fille ou femme) et ses valets cherchent à duper (cf les
Fourberies de Scapin de Molière : "Qu'allait-il donc faire dans
cette galère ?" : il = son fils pour lequel il faut payer une
(fausse) rançon). Le mot est passé sous la forme d'un nom commun
dans la langue un peu recherchée pour désigner un type d'homme
comparable au personnage de la comédie.

Y.AMAR : La gérontologie désigne l'ensemble des disciplines qui
étudient le phénomène du vieillissement sous toutes ses formes et
avec leurs conséquences. "Logie" = science.

E.LATTANZIO : La gériâtrie désigne plus spécifiquement la partie
de la médecine qui traite les maladies du vieillissement. Cf.
psychiatrie ou mieux encore pédiatre (le médecin qui s'occupe du
traitement des affections enfantines) pour la racine grecque
"iatreia" = traitement.

Y.AMAR : Quant au mot "gérontocratie", il désigne une
particularité de certains systèmes politiques dans lesquels le
pouvoir est exercé par des vieillards. Le terme a désigné
péjorativement le pouvoir des pères dans la tradition bourgeoise.
On l'a ensuite appliqué à certains systèmes comme celui de la
Chine communiste (l'URSS à un degré moindre), où à plusieurs
reprises les dirigeants se trouvaient être très âgés. Ceci résulte
à la fois du système sclérosé mais aussi de traditions anciennes
(en Orient comme en Occident) qui donnaient le pouvoir aux
anciens. A Sparte, dans la Grèce antique, c'était le conseil des
Anciens (+ de 60 ans) qui décidait.

E.LATTANZIO : La racine latine "senex" a ainsi produit des dérivés
: sénile ou sénilité qui sont d'emploi assez péjoratifs puisqu'ils
désignent un état psychique considéré comme défaillant :
"vieillard sénile" qui est a priori un pléonasme étymologique =
vieillard n'ayant plus toutes ses facultés.

Y.AMAR : On parlera de sénilité précoce pour désigner un
affaiblissement des facultés intellectuelles intervenant à un âge
considéré comme encore jeune.

E.LATTANZIO : Un cas intéressant est le mot "senior". Pendant
longtemps le mot a eu un emploi étroitement lié au sport : un
senior est un sportif adulte (par opposition au junior, moins de
18 ans et au vétéran du latin "vetus" qui lui signifie aussi
vieux) en général au-dessus de 35 ans. Ceci faisait référence plus
ou moins lointainement à l'organisation de la légion romaine.

Y.AMAR : Aujourd'hui le mot "senior" est utilisé hors sport pour
désigner les gens du troisième âge, ceux qui ne sont plus jeunes.
Le mot retrouve un sens étymologique = + vieux (senior est un
comparatif).

E.LATTANZIO : Néanmoins il désigne des gens qui, tout en étant
"plus vieux" ne sont pas "séniles" : ils sont encore actifs, ils
consomment, se livrent au sport ou à l'activité culturelle. A
différencier du "4ème âge" qui désigne une tranche d'âge où
l'activité se réduit et où la personne devient plus ou moins
dépendante.


Go à la page principale d'archives