HEBERGEMENT

Par: (pas credité)


Y.AMAR : Hébergement! C'est drôle comme on en parle en ce moment
de ce mot-là, vu que la loi, très controversée, sur
l'immigration est venue en deuxième lecture devant l'Assemblée
Nationale, le 25 février.

E.LATTANZIO : Au fait, que veut dire "héberger" ? Accueillir
quelqu'un chez soi, pour une durée indéterminée, mais qui implique
qu'il va au moins y passer une nuit : si je reste chez vous de 8
heures du matin à 8 heures du soir, vous ne m'hébergez pas. Si je
reste de minuit à 7 heures, vous m'hébergez.

Y.AMAR : Ceci dit, un hébergement est nécessairement un accueil
provisoire, gratuit et amical, avec la plupart du temps l'idée
qu'il y a là-dedans quelque chose d'improvisé, plus ou moins fait
"à la fortune du pot", en manière de dépannage. N'exagérons pas :
un hébergement peut être prévu : si vous invitez des amis
étrangers six mois à l'avance,vous les hébergerez quand même. Mais
en aucun cas ce n'est une activité professionnelle.

E.LATTANZIO : La presse parle beaucoup en ce moment de ce projet
de loi, et on est amené à entendre fréquemment les noms "hébergés"
et "hébergeants". Ces mots ne sont pas fixés en tant que
substantifs dans la langue française et ils ont un parfum un peu
administratif.

Y.AMAR : Mais on les comprend facilement (départ des hébergés,
fichier des hébergeants), et on serait en peine de les remplacer
par des synonymes : "hôte" bien sûr existe, mais le mot est vague
et surtout imprécis puisqu'il est susceptible de renvoyer tout
autant à l'hébergé qu'à l'hébergeant.

E.LATTANZIO : Dans certains contextes, les mots de cette famille
connaissent un certain glissement de sens : ils désignent souvent
un logement provisoire, mais pas forcément gratuit :
"L'hébergement des congressistes a été prévu dans des hôtels
quatre étoiles. Les clients de ce club de vacances sont hébergés
dans des villages spécialement conçus pour eux".

Y.AMAR : Quelle est la qualité de celui qui héberge (au sens
premier) ? Elle s'exprime à travers une autre famille de mot :
c'est l'hospitalité. Dès le Moyen-Age le mot fait référence à une
attitude charitable qui fait qu'on accueille gratuitement,
notamment dans les couvents, les voyageurs et les indigents. A
partir de là, bien sûr, la famille va se ramifier selon deux
directions différentes : accueillir pour soigner (hôpital, etc) et
accueillir en faisant payer (hôtel, etc).

E.LATTANZIO : A noter que "héberger" a connu une évolution
semblable à cette dernière, puisqu'il est à l'origine de la série
"auberge, aubergiste, etc ..." Mais le mot "hospitalité" (et les
lois qui découlent de la chose) existe toujours dans son sens
premier, ainsi que l'adjectif qui en dérive : "hospitalier".


Go à la page principale d'archives