RE....

Par: (pas credité)


Y.AMAR : Sortie cette semaine du "remake" des 101 dalmatiens, avec
Glenn Close. Cette production des studios Walt Disney se fait en
écho à un autre film, de même titre, racontant la même histoire,
réalisé il y a plus de trente ans. C'est bien ce qu'on appelle un
"remake", anglicisme qui signifie littéralement "re-fabrication".

E.LATTANZIO : Le mot, en français, ne date pas d'hier : il
apparaît dans le style journalistique en 1946. C'est un vrai
anglicisme : son orthographe n'appartient vraiment pas à la langue
française et sa prononciation a gardé quelque chose de son accent
américain "rimèque". Vaguement condamné par les puristes, il n'a
pas d'équivalent exact en français, sinon la périphrase "nouvelle
version" et a légèrement débordé son emploi cinématographique
("son échec avec Angèle est un piteux remake de son divorce d'avec
Bernardine").

Y.AMAR : A propos de "remake", parlons donc de "re...", préfixe
courant, dont le sens principal signifie "à nouveau, bis". Ce
n'est pas le seul (repousser, retirer... c'est le sens de revenir
à un état antérieur), mais c'est de loin le plus courant, au point
qu'en langue très familière on peut utiliser "re" tout seul : on
s'est déjà vu ce matin, on se recroise et on se dit "Re!" (= re
bonjour).

E.LATTANZIO : "Je prendrais bien un petit re" (pour se resservir
d'un plat). C'est encore plus familier et ça évoque le mot
argotique "rab" ou "rabiot". Familier toujours et amusant (et
peut-être un peu vieillot) "rebelote", exclamation empruntée au
jeu de cartes qui signifie "on recommence".

Y.AMAR : Un peu de morphologie. Le préfixe a trois formes : "re",
"ré" et "r". "Re" s'utilise toujours devant une consonne :
reboucher, retapisser. Devant une voyelle, c'est en principe "r" :
ramener, rétablir ... surtout quand cette formation est ancienne
et quand le verbe existe sous cette forme de façon autonome.

E.LATTANZIO : Les formations récentes privilégient plutôt le "ré"
et parfois les deux formes existent. Avec le même sens :
récrire/réécrire. Ou avec des sens différents :
rassurer/réassurer. Avec parfois des querelles de puristes
grincheux et trop bêtes ou trop paresseux pour se renseigner :
rouvrir et réouvrir sont aussi fréquents l'un que l'autre, à
l'heure actuelle, d'autant que le nom "réouverture" est le seul
possible.


Go à la page principale d'archives