CHAMBRE - HEMICYCLE

Par: (pas credité)


E. LATTANZIO : Après leur élection, les députés vont se réunir en
Assemblée nationale. Il leur faut pour cela un lieu. En France on
sait que c'est le Palais Bourbon, le Palais du Luxembourg étant le
lieu où se réunissent les sénateurs. Ils vont donc "siéger" à
l'Assemblée : certains vont "retrouver leur siège", d'autres vont
le découvrir.

Y. AMAR : Traditionnellement on appelait "Chambres" les deux
Assemblées, en référence au lieu où elles se réunissaient. On
utilise encore le mot pour certains pays étrangers, par exemple la
Grande-Bretagne, pour laquelle on utilise les termes de "Chambres
des Lords" et "Chambre des Communes" pour désigner les deux
instances. En France on a appelé "Chambre des députés" l'Assemblée
nationale. Du reste, la station de métro "Assemblée nationale"
s'est appelée "Chambres des députés" jusqu'à une date récente.

E. LATTANZIO : C'est M. Laurent Fabius, lorsqu'il a été Premier
ministre,qui a demandé le changement d'appellation pour mettre en
conformité cette dénomination avec la constitution, qui, depuis
1946 parle d'Assemblée nationale. C'est pourquoi le Président
dissout aujourd'hui l'Assemblée (et non la Chambre).

Y. AMAR : Cette appellation de Chambre explique certaines
expressions historiques, citons en deux : la "Chambre
introuvable", expression désignant l'écrasante majorité
ultra-royaliste de 1815, expression qui avait été utilisée par un
ministre pour indiquer le caractère incroyable, inimaginable de
cette Assemblée qui devait être dissoute l'année suivante.

E. LATTANZIO : La Chambre "bleu horizon", après la première guerre
mondiale qui fait référence à l'uniforme des soldats français,
Assemblée qui reflétait l'état d'esprit patriotique des Français
après le conflit.

Y. AMAR : La disparition du terme "Chambre" a donné l'occasion à un
autre terme de s'imposer pour désigner le lieu où siègent les
députés. Mais ce mot a un sens nettement plus technique, c'est le
mot "hémicycle".

E. LATTANZIO : Il désigne la salle des séances où les gradins
disposés en amphithéâtre semi-circulaire (d'où le mot qui signifie
étymologiquement, en grec "demi-cercle") servent de "sièges" aux
députés lorsqu'ils sont en Assemblée. Dans un premier temps,
l'hémicycle désigne le lieu lui-même : on dira que peu (ou
beaucoup) de députés sont "présents dans l'hémicycle" pour tel
débat parlementaire. Le centre de l'hémicycle est occupé par le
président de séance et le "perchoir" du président de l'Assemblée,
troisième personnage de l'Etat. On sait que c'est par rapport à ce
repère que l'on parle de "droite" et de "gauche".
Traditionnellement, en effet, cette dénomination était liée à la
place occupée par les groupes dans l'hémicycle. Et même si ces
notions sont périodiquement déclarées obsolètes par ceux qui ne
s'y reconnaissent pas, la tradition demeure.

Y. AMAR : Par extension, on parlera de la "composition de
l'hémicycle", par exemple pour parler de la répartition des sièges
entre les différents courants politiques représentés. L'hémicycle
désigne ici, par métonymie, l'Assemblée elle-même.


Go à la page principale d'archives