CIRQUE/ARTS DE LA RUE

Par: (pas credité)


Y.AMAR : A Nanterre, s'ouvre le Festival du Cirque et des Arts de
la Rue. Origine romaine du mot "circus" (cercle, comme le terme
circulaire). Amphithéâtre de forme circulaire ou elliptique où se
déroulaient les jeux que les Romains affectionnaient (le Colisée)
: les jeux du cirque. Cf le célèbre "panem et circenses" (du pain
et des jeux du cirque), expression méprisante que le satiriste
Juvénal utilisa pendant la période de décadence de l'Empire pour
stigmatiser l'état d'abaissement où en étaient arrivés selon lui
ses concitoyens : ils ne souhaitaient plus que de la nourriture et
des divertissements.

E.LATTANZIO : De là vient l'expression "descendre dans l'arène" :
l'arène était en effet la partie sablée (arena=sable en latin) où se
déroulaient les combats de gladiateurs. D'où le sens figuré de l'expression
"accepter de se battre", "engager une lutte" contre un adversaire politique,
par exemple. L'expression s'est maintenue grâce au sens moderne du mot arène
(au pluriel souvent) qui fait référence à la tauromachie.

Y.AMAR : Aujourd'hui cirque = spectacle ambulant (en général) qui
présente des spectacles divers (acrobates, clowns, dressage
d'animaux). Cirque a de ce fait une forme péjorative : "Qu'est-ce
que c'est que ce cirque ?" = désordre, spectacle outré. "Faire le
cirque" pour un enfant = faire des bêtises, se montrer turbulent.

E.LATTANZIO : Cette nuance péjorative se retrouve dans l'usage
figuré des mots liés au cirque ou aux arts de la rue :
"saltimbanque", étymologiquement celui qui saute sur un tremplin.
Au sens propre un acrobate de rue, au sens figuré un mauvais
orateur, à l'éloquence outrée et ridicule.

Y.AMAR : "Bateleur", du vieux français "basteel" signifiant
marionnette. Le terme au sens figuré désigne souvent un homme à
l'éloquence facile et mensongère, par exemple un homme politique à
la parole trop séduisante. Il est curieux de noter que
l'étymologie (marionnette) coïncide avec une certaine idée moderne
de la politique (les Guignols de Canal+).

E.LATTANZIO : Eventuellement : rapprocher cirque et foire. D'abord
parce que les gens de cirque sont souvent confondus avec les
"forains" (du latin foranus = étranger, cf l'anglais foreign) du
fait qu'ils sont ambulants. Ensuite parce que les cirques sont
souvent rapprochés des "foires", du type "Foire du Trône". D'où
l'existence d'expressions de sens voisin : c'est la foire = c'est
le désordre, où même "c'est la foire d'empoigne", expression
désignant une concurrence anarchique entre plusieurs personnes
pour obtenir un avantage ou un bien quelconque.


Go à la page principale d'archives