BLACK - BLANC - BEUR

Par: (pas credité)


Résidence de culture hip hop à Bollène, à laquelle vient
s'accrocher l'étiquette : "black - blanc - beur".
Dénominations étranges, d'origines diverses ... Sont-elles
françaises ? En tout cas, ce sont des mots employés en France,
décrivant une situation bien française et assez révélateurs de
notre fin de siècle.

Commençons par cette "étiquette" "black - blanc - beur". Le sens
est simple : noir - blanc - arabe. Ca mêle les origines et les
couleurs de peau et ça fait allusion essentiellement aux mélanges
de populations qu'on trouve surtout dans les banlieues des grandes
villes.

D'où viennent ces trois mots ? Blanc ? pas de problème. Black :
mot anglais qui veut dire noir. Le mot n'a jamais, en France, été
senti comme méprisant. Au contraire, il s'y attacherait plutôt une
certaine fierté. La référence est clairement faite aux Etats-Unis.
Et même si le problème noir est loin d'être réglé, la lutte des
mouvements anti-racistes, la culture noire et la citoyenneté
américaines leurs confèrent un certain prestige.

"Beur" est un mot bizarre, à la construction peu rationnelle,
produit d'une manipulation complexe de "verlan" : à partir
d'arabe, on arrive à "Beur", ce qui permet les jeux de mots sur
"petits beurres", et même le féminin "beurette". Mais le sens est
clair : il s'agit d'un jeune né en France, dont les parents sont
immigrés. Le langage officiel ne propose que la lourde et longue
périphrase : "jeune issu de l'immigration".

"Black - Blanc - Beur" trilogie tricolore est, bien sûr,
symétrique du bleu, blanc, rouge et cette symétrie est
phonétiquement très présente.
Mais si les parents de ces "black, blanc, beur" sont aussi "black,
blanc, beur", qu'eux, il reste que l'expression s'applique aux
jeunes, considérés comme appartenant à la même génération, le
génération dite "hip-hop", dans un certain langage branché.




Go à la page principale d'archives