MONTGOLFIERES et BALLONS

Par: (pas credité)


A Chambly, en Meurthe-et-Moselle, commence la cinquième biennale
internationale de l'aérostation. Qu'est-ce donc que cette
manifestation mystérieuse qui va se dérouler sur la base militaire ?
Tout simplement un festival de ballons, une sorte d'ode à la
Montgolfière.

Aeérostat est en effet le nom technique de tous les appareils qui
peuvent "se tenir" (stat) "dans l'air" (aéro) grâce au stockage
dans une enveloppe d'un gaz plus léger que l'air, qui donc
contrecarre l'effet de la pesanteur. Il s'agit donc de s'élever
grâce à du "plus léger que l'air", pratique qui a eu longtemps ses
partisans qui, souvent, s'opposaient aux partisans du "plus lourd
que l'air", ceux qui croyaient à l'aviation. Parmi les premiers héros
de l'aérostation, il faut bien sûr, mentionner les frères Joseph et
Etienne Montgolfier, pères de la Montgolfière, ce ballon qui réussit
à s'élever dans les airs, soulevant du même coup des humains dans sa "nacelle".

Une remarque, en passant, sur l'exceptionnel destin linguistique
de Joseph Montgolfier, seul homme à ma connaissance dont le nom de
famille soit devenu un nom commun (la Montgolfière est ce ballon
qu'il a inventé) et le prénom également (le papier Joseph, élaboré
par cet excellent chimiste, est un papier filtrant).

Revenons aux aérostats, qui donne le nom aérostiers (= adepte de
ces pratiques). Un corps des aérostiers est même créé pendant la
Révolution (13 Germinal, An II) par le Comité de Salut Public, et
Coutelle qui commande l'Entreprenant, prend une part active à la
Bataille de Fleurus, à bord de son ballon de combat.

Ballon... le mot est lâché. C'est ainsi qu'on désigne les
aérostats qui s'élèvent à l'aide d'une enveloppe sphérique. Le
mot a ses lettres de noblesse : 5 semaines en ballon de Jules
Verne ou la scène célèbre de Gambetta quittant Paris en ballon,
lors du siège de la capitale en 1870.

Mais le ballon (qu'on utilise encore à des fins sportives ou
récréatives) a cédé la place aux "dirigeables". Ces engins
adoptent plutôt une forme de cigare. Il en est de souples et de
rigides. Et ils serviront à réaliser les premières liaisons
intercontinentales : 1919, le R 34 britannique va d'Angleterre en
Amérique.

Dernier nom propre de la saga aérostatique, celui de Zeppelin, un
comte allemand qui fit construire les plus grands dirigeables -
qui portèrent son nom - et assurèrent des liaisons commerciales
régulières pendant l'entre deux guerres.


Go à la page principale d'archives