CROCODILE

Par: (pas credité)


Sortie, aujourd'hui à Paris, du film "Albino Alligator" de Kevin Spacey. L'occasion de faire le point sur ces sympathiques carnivores ? Facile. D'abord, on voit que ce titre est en anglais. "Alligator" n'est pas un mot bien fréquent en français. Quand on n'utilise pas un vocabulaire technique, on dit "crocodile", mais on parle également de "caïman", voire du "gavial".

Ces animaux, célèbres pour leur férocité, leur force, la mort atroce qu'ils sont susceptibles de donner et la crainte qu'ils inspirent, ont souvent été divinisés et sont passés dans la langue française, comme dans d'autres, avec un certain nombre de sens figurés.

Le "crocodile" est un mot d'origine grecque. On a dit longtemps, en ancien français "cocodrille" mais la forme crocodile est aujourd'hui tout à fait fixée. Etymologie bizarre et d'ailleurs incertaine. Mais d'après Hérodote, crocodile voudrait dire "ver de galet" et aurait d'abord désigné les lézards avant de s'appliquer aux crocodiles du Nil.

Le mot sert pour renvoyer ironiquement à des "vieux de la vieille", en particulier en politique. Ils sont toujours là au terme d'une longue carrière, résistants grâce à leur cuir épais, méchants et semblant, sous leurs rides, sortis de la préhistoire. On utilise aussi le terme dans le monde du sport, à propos d'un athlète qui "tient spécialement la distance".

Mais le crocodile est spécialement fameux pour ses larmes insincères. Cela fait référence à une légende qui voulait que les crocodiles du Nil attirassent les naïfs dans leurs gueules dentues par des gémissements à attendrir des coeurs de pierre.

L'alligator, sous l'influence américaine, a, un temps, désigné des amateurs de jazz, mais le terme est bien vieillot. Quant au caïman, la cruauté qu'on lui suppose a fait qu'il a désigné par ironie, un jeune agrégé chargé des travaux dirigés à l'Ecole Normale Supérieure.


Go à la page principale d'archives