ODYSSEE - TRAVERSEE DU DESERT

Par: (pas credité)


Une "odyssée" est un voyage long, difficile, mouvementé et plein
d'aventure.
Le mot est employé pour le Paris-Dakar dont on sait que c'est un
rallye aux péripéties prévues. C'est pour cela qu'il existe. On ne
sait pas très bien, à l'avance, quels sont les imprévus qui vont
surgir mais on sait qu'il y en aura. Alors, fait-on bien de parler
d'odyssée ?

Le mot est plus généralement réservé à un voyage dont les embûches
apparaissent sans qu'on ait prévu qu'il y en aurait. Un voyage
fait, contraint et forcé.
L'emploi semble donc s'étendre. D'ailleurs, au 19ème siècle (le
mot apparaît dans son sens figuré au début du 19ème siècle), ça
désigne le "récit" du voyage (et non le voyage lui-même), puis le
voyage quand il est destiné ou digne d'être raconté (le
Caporal épinglé).
.
Si l'on parle de sens figuré, c'est donc qu'il y a un sens propre.
L’Odyssée d'Homère, récit du retour d'Ulysse de Troie à Ithaque.
D'autres noms pour désigner des voyages longs, mais moins
périlleux, mais des noms qu'on hérite aussi des langues anciennes.
.
"Périple" : souvent employé pour les voyages officiels des hommes
politiques ou parfois pour un circuit touristique. En tout cas, on
a l'idée d'un voyage plus ou moins circulaire : qui ne repasse pas
deux fois au même endroit. Voyage aux multiples étapes, qui vaut
par ses étapes, dont l'itinéraire est donc mûrement prémédité,
élaboré, pensé, pour être optimisé, comme dit Françoise Malletra.
.
Le mot ne s'emploie pas à la place de "tournée" (= rencontre avec
un public) qu'on utilise pour les artistes, les conférenciers, les
politiciens en période électorale.

Etymologiquement, il désigne un voyage "par mer" - les puristes
revendiquent cette restriction -
"Pérégrination", malgré les apparences n'a pas de rapport avec
"périple". Le mot s'emploie aujourd'hui (presque) uniquement au
pluriel: voyage (s) à l'itinéraire compliqué, avec souvent l'idée
qu'il s'agit d'un voyage incessant ou de voyages inlassablement
répétés.

Dernière expression dont l'origine est à chercher dans la nuit des
temps: la "traversée du désert. Cf Moïse et les Hébreux, vers la
Terre Promise.
Aujourd'hui, sens figuré très particulier : période d'éclipse dans
la carrière d'un homme politique. Origine : De Gaulle 1946-1958.
Retrait de la vie publique, évoque le doute, la solitude,
l'épreuve d'une vie obscure qui succède à une vie publique.
Traversée du désert ? Plutôt que le souvenir de l'histoire
biblique du peuple hébreu, on pense au cheminement entre deux
oasis.


Go à la page principale d'archives