RENTREE

Par: (pas credité)


C'est la "rentrée". C'est d'une banalité consternante mais les
faits sont têtus et ils sont là. C'est la rentrée, c'est-à-dire
c'est la fin des vacances et la reprise du travail.

Pourtant, il ne faut pas confondre "rentrée" et retour. Le retour
met l'accent sur ce qu'on quitte et le mot a un sens très concret.
La "rentrée", en revanche, dirige ses regards vers une nouvelle
année qui commence et vers une activité dans laquelle on entre à
nouveau... on rentre.

Mais ce "R" initial abrégé du préfixe "RE", évoque bien cet
éternel retour des saisons. Et chacun doit s'y conformer, même
s'il est néophyte. Ainsi, pour un enfant, on dira : "c'est sa
première rentrée", bien qu'il ne soit jamais entré dans une école
auparavant.

En tout cas, cet exemple est éclairant. La rentrée se fait sur le
modèle de la "rentrée des classes" qui est un peu le modèle de
toutes les autres.

"Rentrée des classes", ça fait un peu Jules Ferry, 3ème
République, école à l'ancienne; mais c'est une expression qui a
marqué des générations et qui est même à la base de tout un
calendrier.

Alors, bien sûr, on parle plus administrativement de "rentrée
scolaire" mais cette dernière expression évoque plutôt des
paperasses et des besognes sèches. C'est la "rentrée des classes"
qu'on associe aux marrons fraîchement tombés et à l'odeur des
livres neufs.

Les premiers sens du mot étaient pourtant bien différents
puisqu'au XVIème siècle, une "rentrée" était une retraite, un
éloignement du monde. Puis le mot a désigné la reprise d'activités
mondaines et artistiques - en particulier pour le théâtre. La
"rentrée", c'était le début d'une nouvelle saison.

Aujourd'hui, les rentrées diverses s'échelonnent entre le jour de
l'été et le début de l'automne : la rentrée politique, la rentrée
sociale, et enfin la rentrée parlementaire.

"Rentrée" politique : après la trêve de l'été, la reprise des
activités politiques ordinaires mais aussi les premières
manifestations publiques, prises de paroles et les positions des
personnalités du monde politique. Messieurs Chirac, Jospin et
Balladur ont fait leur rentrée.
"Rentrée" sociale : on reprend les conflits, les contentieux, les
relations difficiles là où on les avait laissés pour les vacances.
"Rentrée" parlementaire : ça c'est bien plus tard : les élus du
peuple vont un train de sénateur : ne les pressons pas.


Go à la page principale d'archives