VALISE

Par: (pas credité)


"Valise" : le mot est simple et tout le monde le connaît : il
s'agit d'un sac, plus ou moins rigide, où l'on range les affaires
que l'on prend avec soi.

Mais le mot est d'actualité, car il évoque autant les vacances que
la rentrée, les départs que les retours : "faire ses valises",
c'est s'en aller, quitter un endroit, ou même une fonction. Malgré
tout, c'est assez individuel et dans le cas d'un changement de
ministère, par exemple, on dira bien davantage : "faire ses
cartons".

On se souvient pourtant de cette anecdote qui avait valu une si
mauvaise réputation à Georges Marchais, alors Premier secrétaire
du Parti communiste : considérant qu'il lui fallait rentrer
d'urgence à Paris, et interrompre ses vacances, il avait dit à sa
compagne : "Liliane, fais les valises, on rentre !" Ce qui l'avait
fait passer pour un tyran domestique.

Mais la valise symbolise aussi parfois le départ définitif : "fais
ta valise !" est une menace qui signifie "quitte le pays !" et on
se souvient du slogan terrible "la valise ou le cercueil".

La guerre d'Algérie qui se rappelle à nous par cette phrase avait,
d'ailleurs, donné naissance à une autre expression : "les porteurs
de valises", c'est-à-dire les Français qui aidaient, sans
participer directement aux actions armées, les indépendantistes
algériens en assurant la liaison entre la France et l'Afrique du
nord.

Enfin, on trouve le mot dans une expression qui évoque, non plus
le mouvement et le départ, mais la halte et le repos : "poser ses
valises" signifie faire une trêve, même courte, dans une vie
d'errance et de transit : ne plus être en instance de départ.


Go à la page principale d'archives