ICARE & SA FAMILLE

Par: (pas credité)


C'est en ce moment que se déroule la coupe Icare, compétition en
vol libre - jeu dangereux et séduisant pour athlètes intrépides
qui jouent avec le présentateur et l'attraction terrestre.
Le vol libre, même s'il doit se terminer par l'ouverture d'un
parachute, est la plus belle aproximation qu'on ait trouvé de
l'oiseau, bien plus enivrant, fou et gratuit que l'avion et sa
carlingue balourde.

Alors pourquoi cette compétition de vol libre s'appelle-t-elle
Icare ?
Icare, personnage étrange, malheureux à la fois dramatique, et qui,
pourtant, malgré son tragique échec, continue de faire rêver.
En effet, Icare est ce jeune homme légendaire qui réussit à voler
grâce aux ailes que son père lui avait construites.
Mais le plaisir est tel et l'ivresse si forte que, malgré la
défense paternelle, il vole trop haut, trop près du soleil, et que
la chaleur fait fondre la cire qui joignait les ailes à ses bras.
Et il tombe et se noie.

Mais ce nom propre d’"Icare" continue de représenter ce rêve
toujours de voler comme l'oiseau.
Ce nom propre ! Car malgré sa fortune, le mot n'est jamais devenu
nom commun, n'a jamais vraiment eu de dérivé.
"Icare" est un mythe et le mythe échappe au nom commun et garde sa
singularité.
Il est important de le souligner dans la mesure où, justement,
certains, dans sa famille sont devenus noms communs.

On n’a pas à aller bien loin, c'est de son père qu'il s'agit.
Dédale, qui pourtant, a volé comme son fils, mieux que son fils
puisqu'il n'est pas mort.
Mais le personnage de génie, légendaire et antique, est célèbre
pour bien d'autres choses. Architecte et inventeur, fondateur
dit-on d'Athènes, c'est en Crète qu'il construit le labyrinthe.
Et ce labyrinthe prend le nom de son créateur : Dédale.
Et aujourd'hui, le mot s'emploie comme synonyme d'entrelacement :
un dédale de petites rues ou, au sens figuré : le dédale de sa
pensée tortueuse.


Go à la page principale d'archives