WESTERN

Par: (pas credité)


C'est bien le nom d'un film qui vient de sortir. Mais, bien sûr,
ce film n'est pas un western, un vrai western. C'est un film
français.

Le "western", lui, est américain et c'est un "genre"
cinématographique, avec ses règles, ses décors et sa mythologie.
L'intrigue se déroule dans l'Ouest américain, dans sa deuxième
moitié du 19ème siècle et on y voit couramment des pistolets, des
chevaux, des chapeaux, des saloons, des bandits mal rasés, un
médecin qui boit trop, une jeune fille belle et farouche, une
danseuse aux moeurs un peu libres mais au grand coeur, quelques
Indiens parfois ...

Et le vocabulaire du western est passé tel quel en français, sans
changement d'orthographe et avec une prononciation française qui
se souvient un peu de l'Amérique.

"Western" par exemple, se prononce "ouestern", ce qui fait qu'on
entend bien cette racine "ouest". De même dans Far West, l'Ouest
lointain, "l'extrême occident" où se portaient les pionniers.

Le cow-boy, lui, n'est au départ, qu'un vacher. Mais le western
l'a tranfiguré : il est beau comme un acteur de cinéma, grand,
courageux, souvent solitaire et, dans ce monde manichéen, c'est un
"bon", un "gentil" : la plupart du temps, on le trouve à la droite
du seigneur.

Cow-boy et western sont parfois utilisés de manière figurée en
français. On a parlé "de méthode de cow-boy" à propos de certaines
brigades de police (et pas forcément en France), lorsqu'elles sont
peu respectueuses des procédures, ou que les policiers ont des
manières un peu arrogantes.

Et le mot "sheriff" - au départ le représentant de la loi (on dit
souvent "marshall" en anglais mais ce mot n'est pas passé en
français) sert au contraire à désigner un juge incorruptible et
courageux.


Go à la page principale d'archives