POLLUTEC

Par: (pas credité)


Le salon "Pollutec" ouvre ses portes. En voilà un nom bizarre !

Les noms des salons ont évolué avec le temps : au début, c'était
clair, banal, sans malice : Salon de l'auto, des Arts ménagers.
Puis est venu le temps des sigles : SICOB. Maintenant il leur faut
des noms propres : Marial, Babial, Pollutec...

Dans ce dernier, on reconnaît quelques sources : pollution et
technique. Pas d'ironie facile : Pollutec ne donne pas de recette pour mieux
polluer mais au contraire, présente les techniques d'évitement, de
prévention de la pollution.

Ce mot pollution est l'un des mots clés du vocabulaire politique
des 25 dernières années et a connu divers dérivés : dépollution,
dépollueur, etc...

Mais ce mot, un peu diabolique, concentre des significations très
négatives depuis longtemps. On a toujours l'idée d'un élément pur
-en général, l'eau ou l'air- troublé, perverti par un autre.

Cette signification forte, qui va dans le sens d'une souillure,
est ancienne.

En ancien français, polluer veut dire profaner et en particulier,
insulter le nom du roi. C'est donc un crime de lèse-majesté.

Mais cela s'emploie également dans le cas où il faut mentionner le
viol d'une vierge : elle a été polluée.

On voit donc que les sens physique et moral sont liés depuis bien
longtemps.

En fait, polluer, c'est pêcher, un peu.


Go à la page principale d'archives