FRUIT DEFENDU

Par: (pas credité)


"La femme défendue" : c'est le titre d'un film récemment sorti en
France et qui fait, bien sûr, référence au "fruit défendu".

Quel est-il donc, ce fruit, idéal et interdit ?

Il a une forme qui a celle de la pomme : celle du Jardin d'Eden,
pomme d'Eve ou d'Adam qui savait tenter nos ancêtres. Mais, si le
fruit défendu est bien cette pomme qu'on croque, on ne parle
jamais de pomme défendue.

Ce qui est étrange, c'est que dans la majorité des traductions de
la Bible, on ne nous parle pas de pomme. Mais la traduction latine
donnait "pommum", d'où dérive notre pomme.

Attention ! autre étrangeté : pommum ne veut pas vraiment dire pomme
mais désigne n'importe quel fruit. Mais comme d'autre part, pomme se dit
"malum" en latin, et que malum peut -par jeu de mot- évoquer le
mal, la confusion s'installe. La pomme, fruit débonnaire,
s'associe au mal.

En français, on en a donc profité pour alimenter quelques
expressions : "pomme de discorde" pour évoquer un motif de
fâcherie. C'est une allusion mythologique : une "pomme" d'or qui
aurait été lancée au mariage de Thésis et Pélée, avec cette
inscription "A la plus belle". Rien de tel pour semer la zizanie.

Mais une pomme d'or, c'est vague. C'est aussi ce genre de fruits
qu'Hercule avait été chargé de cueillir au jardin des
Hespérides... L'Amérique peut-être ? Puisque ces Hespérides
étaient filles du soleil couchant.

Mais alors, ces pommes ? Etaient-ce des pêches, des oranges ?
Ou même des tomates puisque c'est l'image italienne des pommes d'or ?

Croquons-les et nous verrons bien.


Go à la page principale d'archives