SMART

Par: (pas credité)


Mercedes et Swatch - une société allemande et l'autre suisse -
lancent une nouvelle petite voiture, la "Smart". En quoi ça nous
regarde ? Notre Président de la République est présent au
lancement officiel de la production industrielle de cette voiture.
Elle sera commercialisée en France; le mot va donc nous être
relativement familier.

Il l'est déjà un peu : mot court, facile à retenir, pas trop
difficile à prononcer, ne se souvenant qu'à peine de son origine
anglaise, "smart" est entré dans un vocabulaire à la mode vers la
moitié du 19ème siècle, avec le sens d'élégant. Il n'est plus
guère utilisé aujourd'hui mais il est resté dans le subconscient
linguistique français, de sorte que si on ne l'emploie plus,
on le comprend encore.

Le mot a franchi la Manche à une époque où l'Angleterre passait
pour la patrie des élégances. Le dandynisme y fleurit, et la
pacification de nos rapports avec Albion, qui cesse d'être
l'ennemi héréditaire, favorise emprunts et mimétismes. De fait, le
vocabulaire à la mode, et plus encore, d'une certaine élégance
donnée comme naturelle, devra beaucoup à l'Angleterre.

On trouve ainsi quelques synonymes de "smart" à moitié ou tout à
fait sortis d'usage :

"Fashionable" qui s'est beaucoup dit et écrit au 19ème siècle, et
s'emploie à propos d'une mode vestimentaire, d'une allure ou d'un
mode de vie. Le mot, dont l'orthographe sent son anglais est bien
sûr un emprunt au français "façon", "façonnable". On remarque en
passant que pratiquement tous les mots qui désignent l'élégance
ont au départ un sens très flou, qui oppose le simple vêtement à
un je ne sais quoi qui lui donne un genre : une "manière" de le
porter, une façon, une mode...

Sensiblement à la même période (à peine plus tard...), on parle de
ce qui est "select". Il est tout aussi patent que le mot n'a pas
une origine spécialement anglaise, dérive du latin, et fait partie
de toute une famille très présente en français (sélection,
etc...). Mais le mot, dans ce sens et avec cette orthographe a
toujours été senti comme un anglicisme assez chic. Il s'est
appliqué à des personnes, mais a surtout qualifié des réunions,
des lieux, des manifestations où le vulgaire n'était pas admis.

Enfin, le mot "chic" a une place à part : lui aussi est senti
comme un anglicisme alors que ce n'en est pas un. Il vient de
l'allemand ou peut-être de l'alsacien. Il renvoie d'abord à un
certain air dégagé, puis entre dans l'argot des peintres. Le
"chic" désigne alors une certaine facilité vive : un coup de
crayon, un coup de pinceau, une patte ! On l'emploie encore comme
nom, et souvent, avec un sens ironique : "il a le chic pour
arriver toujours à la dernière seconde" : c'est-à-dire, comme un
fait exprès, ça ne rate jamais. Comme adjectif, il va signifier
(et signifie encore : le mot, malgré les périodes de disgrâce,
est absolument actuel) désinvolte, élégant : "au vrai chic
parisien", "bon chic, bon genre"...


Go à la page principale d'archives