PAQUEBOT

Par: (pas credité)


Le "Paul Gauguin", magnifique et luxueux navire vient tout juste
d'être livré par les chantiers navals de Saint-Nazaire. Bravo les
chantiers !

Un "navire" dites-vous ? Le mot est joli mais peu fréquent
aujourd'hui, sinon accompagné d'une précision quelconque : on dit
encore "un navire de commerce, un navire marchand, un navire de
guerre". En tout cas, il s'agit toujours d'une grosse embarcation,
d'un "bâtiment". Jadis, le mot s'employait davantage et,
longtemps, d'ailleurs, on a hésité sur son genre : "un" ou "une
navire" ? Au 18ème siècle, "une navire" désignait plus volontiers
l'ensemble de la Flotte, mais cet usage s'est perdu.
Pour désigner un bateau (et un bateau est le nom le plus général :
il s'applique à n'importe quelle construction qui va sur l'eau),
il existe bien des termes qui, selon les cas, sombrent ou
surnagent. "Vaisseau" par exemple, n'est plus tellement employé...
parfois lorsqu'il s'agit de bateaux anciens... Et pourtant, la
carrière du mot a pris un tournant avec la conquête de l'espace
puisqu'on parle de "vaisseau spacial" (plutôt d'ailleurs dans la
science-fiction que dans la réalité).

Et le "paquebot" ? Voilà un mot bien majestueux, pour un navire
qui l'est tout autant. Et si le mot est en perte de vitesse, c'est
que la chose a été éclipsée par l'avion. On ne fait plus guère,
aujourd'hui, de traversée en "paquebot" (quoique sur le "Paul
Gauguin" cela puisse toujours s'envisager non sans plaisir : une
croisière d'agrément peut-être...).

"Paquebot", ce mot à l'étrave si noble dont la fière proue fend la
phrase avec une morgue tranquille a pourtant commencé comme
facteur des mers - et en anglais de surcroit. En effet, au départ,
c'est un ignoble anglicisme - "packet boat" - qui représente le
bateau chargé du courrier (c'est ça son "packet"), notamment entre
Douvres et Calais. Ses tâches postales s'amenuisent, mais on a
pris l'habitude, en France, d'appeler "paquebouc", puis
"paquebout", le bateau qui traverse la Manche et prend des
passagers. Le pli est pris, et le paquebot est né, qui deviendra
"transatlantique" lorsque, du Havre, il ralliera New-York. En
effet, il traverse l'Atlantique (et d'ailleurs, on peut, durant le
trajet, se reposer sur une chaise-longue, sur le pont. Cette
chaise-longue prendra le nom du bateau et le gardera, en
l'abrégeant "transat").

Un autre mot a commencé par le commerce mais y baigne encore,
c'est le "cargo", dont le nom, bien sûr, s'apparente à cargaison.

Et si l'on persiste à se rendre de France en Angleterre par la
mer, on prend plutôt de nos jours le "Ferry" ou "Ferry-boat",
c'est à l'origine la traversée. Donc, pas de rapport étymologique
avec le chemin de fer. Mais bien sûr, ce rapport a été supposé,
imaginé, rêvé par l'inconscient linguistique, surtout lorsque ce
type d'embarcation a servi à transporter des trains de part et
d'autre du Channel.


Go à la page principale d'archives