REVOLUTION

Par: (pas credité)


C'est la Révolution d'Octobre qu'on commémore en ce moment. On
parlait hier d' "Octobre", aujourd'hui de "révolution" (les jours
se suivent...).

L'expression "Révolution d'Octobre" fait référence à la prise du
pouvoir par les soviets en 1917, plus encore qu'à la débacle du
régime tsariste, qu'on date plutôt de Février/Mars. Ce mot de
"révolution" renvoie donc à une idée de changement politique
radical : l'origine du pouvoir, les principes de gouvernement vont
totalement changer...

Le terme s'applique à la fois à ce changement lui-même, et à la
prériode qui voit ce changement s'effectuer. Période de trouble et
de désordre, il est, la plupart du temps, associé à un mouvement
populaire, jamais totalement prévisible, jamais totalement
maîtrisable et à des scènes de rue.

Pourtant, même si le mot évoque un mouvement social convulsif, il
peut renvoyer à une période assez longue, cf Napoléon : "C'en est
fini du roman de la Révolution !" La Révolution française a duré
dix bonnes années (89 - 99). Et de toute façon, ce n'est pas être
chauvin mais lorqu'on parle de "révolution" sans préciser, c'est à
elle qu'on fait allusion.

Le problème linguistique intéressant est de comprendre pourquoi ce
mot de "révolution" a pris ce sens.

On imagine souvent que la première signification du mot est
astronomique. C'est vrai en ce qui concerne l'histoire du français :
la "révolution", c'est le mouvement circulaire d'un astre qui
revient à son point de départ une fois son cercle accompli. Mais,
comme cette trajectoire orbitale se combine souvent à une autre,
la "révolution", de circulaire, va devenir spirale... "Révolution"
va donc désigner un tracé en hélice (cf Chambord : escalier à
double révolution). L'idée de révolution se rapproche donc de
celle d'évolution.

Souvenons-nous aussi qu'en bas-latin, le mot a été synonyme de
métempsycose : la révolution est le principe de réincarnation sous
une autre forme : dans une autre vie, j'ai été éponge; dans la
prochaine, j'aimerais bien être céleri. On voit que le mot possède
l'idée d'un changement en douceur, progressif, ou du moins
prédéterminé.

Comment passe-t-il au sens de changement de sens à partir de
l'adjectif "révolu" utilisé en chronologie (= accompli, terminé),
"à propos du bouleversement que peut constituer un événement fixé
d'avance, effaçant la notion de retour". (Ce n'est guère très
clair).

Le passage au sens politique est également mystérieux, même si on
sait que c'est une acception dérivée de l'usage anglais.
(Révolution parlementaire de Cromwell).

L'histoire fait qu'on a vu des Révolutions de toute sorte. Quand
elles sont douces, en général on le précise, de façon plus ou
moins poétique : Révolution des oeillets, Révolution de velours,
Révolution tranquille.

Et bien sûr, le mot désigne aujourd'hui, de manière affaiblie,
n'importe quel changement profond : révolution industrielle du
19ème siècle ou même "je vais déménager : c'est une révolution
dans ma vie".


Go à la page principale d'archives