SIECLE

Par: (pas credité)


Prix "Grand Siècle", décerné par le champagne Laurent Perrier. On
voit bien qu'on recherche le prestige, quitte à s'ancrer dans les
ors monarchiques.

Le Grand Siècle, traditionnellement, c'est le XVIIème, et
particulièrement celui de Louis XIV, de même que le Siècle des
Lumières est le XVIIIème, bien que l'expression n'apparaisse pas
avant les alentours de 1820. Toutes ces expressions font ressortir
ce qui semble être aujourd'hui le sens propre du mot : un siècle
est une période de cent ans. De 1897 à cette année, un siècle
s'est écoulé. Et on se sert en particulier du mot pour désigner
les cent ans qui séparent des millésimes ronds (ou à peu près) :
de 1901 à 2000, etc. Et on les compte (16ème, 17ème,...).
Mais siècle peut également avoir le sens de période, âge,
génération : le mal du siècle. Ou alors, on l'emploi : à titre
expressif, dans des expressions qui ne le sont pas moins : la
photo du siècle, l'exploit du siècle.

L'adjectif qui en découle hérite de cette fonction expressive :
séculaire n'est pas synonyme de centenaire ; il signifie plutôt
qui est extrêmement vieux, qui a largement dépassé les cent ans :
vieux chênes séculaires. Halte là, beau parleur ! Que venez-vous
de proférer ? L'adjectif ? Comme s'il n'y en avait qu'un ? Et que
faites-vous, dites-moi, de séculier ?

Ce rejeton-là se comprend d'ordinaire en opposition à régulier :
le clergé régulier est soumis à la loi monastique (vie de couvent,
séparé du monde extérieur - la Règle), alors que le clergé
séculier a un rapport constant avec les fidèles, donc avec ce
monde extérieur. C'est qu'étymologiquement, siècle et son origine
latine saeculorum n'ont aucun rapport avec une période de cent
ans, ni avec le nombre cent. Saeculum, en bas-latin chrétien,
c'est le monde, la vie du monde, celle des chevaliers, opposée à
la spirituelle, celle des clercs.

Ce qui explique d'ailleurs un usage encore très actuel : vivre
dans le siècle, c'est ne pas hésiter à se confronter à la vie
politique, voire à l'histoire. Et la locution s'emploie en
particulier pour des écrivains ou des artistes, lorsqu'on veut
souligner qu'ils ne se retirent pas dans leur tour d'ivoire, sous
prétexte d'art. Une vie dans le siècle, a-t-on pu dire de Malraux,
contrebandier, militant, aviateur et ministre, qui était de tous
les engagements.


Go à la page principale d'archives