DOCTEUR

Par: (pas credité)


Daniel Cohn-Bendit vient d’être nommé Docteur Honoris Causa de l’Université Catholique de Brabant. Nous sommes tous des Juifs allemands, mais avec le temps, il y en a qui sont devenus plus docteurs que d’autres. Cela ne veut pas dire qu’il va enseigner dans cette université, ni qu’il y a soutenu une thèse de doctorat : le « docteur honoris causa » l’est pour l’honneur. C’est un titre honorifique qu’une université confère à quelqu’un qu’elle veut distinguer.

Ce titre de « docteur » est beaucoup moins employé qu’autrefois, et ses emplois sont aujourd’hui particuliers. Quand on parle de docteur, on pense aussitôt à un médecin. Souvent d’ailleurs, un mot est employé pour l’autre : « le petit a de la fièvre, il faut aller voir le docteur ». Cet emploi est considéré comme fautif, et surtout, il sonne comme du français populaire, comme une faute faite par défaut d’instruction, de même que la double faute « il faut aller au docteur ». Mais cette faute s’explique d’abord par le fait que pour s’établir comme médecin, il faut passer sa thèse et donc être « docteur en médecine ».

Et l’usage s’est gardé de faire précéder le nom de famille du titre. Il est logique de parler du docteur Schwartz. Et souvent le titre sert d’appellatif et remplace Monsieur : « Bonjour Docteur ». Et de même : « Bonjour Maître » à un avocat. Cet usage est courant, et pourtant pas totalement neutre : on y trouve un reste de déférence, comme celle qu’on peut avoir face à quelqu’un de spécialement savant, ou qui simplement incarne une certaine respectabilité.

« Docteur » est resté un titre universitaire, qu’on acquiert en soutenant sa thèse de doctorat. On peut donc encore être docteur ès sciences (= en les sciences - la contraction « ès » ne s’emploie que devant un nom au pluriel), ès lettres, en droit, en théologie...

Le premier sens du mot en français a été religieux : ceux qui dans l’Ancien Testament enseignent la loi hébraïque sont les docteurs de la loi. Et les docteurs de l’Eglise sont ceux qui ont autorité pour établir les vérités du christianisme. La liste n’en est d’ailleurs pas close, puisque récemment Thérèse de Lisieux a été faite « docteur de l’Eglise » par le Pape. On comprend ainsi le sens et l’usage du mot « docte », un peu vieilli, et le plus souvent ironique : un ton docte est un ton compassé de donneur de leçons.


Go à la page principale d'archives