CIEL

Par: (pas credité)


La convention des astrologues fait qu'on interroge plus que jamais
le "ciel".

Mais avant qu'on l'interroge, le ciel sert à exprimer de façon
très expressive, des émotions fortes : le ciel sert à s'exclamer :
"ciel, mon mari !".

Au delà de cette surprise horrifiée, le ciel s'utilise pour les
jurons pas très graves. Pourquoi ? Le ciel n'est pas Dieu, même
s'ils sont étroitement associés : jurer par le ciel est moins
compromettant.

Et puis, le ciel est lié à bien d'autres religions que la chrétienne,
en particulier les religions antiques de la Grèce et
de Rome. Les dieux vivent au sommet du Mont Olympe, i.e. déjà
quasiment dans le ciel. En effet, le Ciel est la demeure divine,
et ça, également dans la représentation de la divinité chrétienne :
Gloire à Dieu au plus haut des cieux - la louange humaine monte
vers Dieu - Dieu est "là-haut".

Si le ciel n'est pas Dieu, qu'est-il alors ? Deux choses
essentiellement : le Paradis - le Destin.

Le Paradis, le séjour des âmes bienheureuses. Ainsi, au cancre
orphelin dira-t-on : "Si tu apprends bien ta leçon, ta maman, qui
te voit du ciel, sera fière de toi". "Le ciel peut attendre", "il
est déjà au ciel"...

Parfois, cette idée de Paradis est associée à une idée de plaisir
plus terrestre : quand il a appris qu'il était admis au
conservatoire, Léonard était au ciel = extrêmement heureux.

Parfois, l'idée est même plus concrètement érotisée : le 7ème ciel
qui, au départ, représentait un grand bonheur, est de plus en plus
associé à la jouissance. L'expression est ancienne : cosmogonie
antique : univers = 7 sphères concentriques (parfois 11).
D'ailleurs le nombre n'a pas tant d'importance : on a dit "au 3ème
ciel..." et les chiffres sont symboliques. Se souvenir de Boris
Vian : "envoie-moi au ciel !" (fais-moi mal Johnny !).

Le Destin : "Aide-toi, le ciel d'aidera". Ciel = la divine
providence. Cf vieille expression : "plût au ciel...". J'étais dans
une situation financière catastrophique, et ces 2 000 F me sont
tombés du ciel : bonne surprise ; c'est arrivé à point nommé,
inopinément, sans que je fasse rien pour le provoquer.

Ecrit dans ou au ciel : c'est inéluctable = c'est la destinée qui
s'accomplit. Il a fini par l'épouser : c'était écrit dans le ciel.

A la forme négative, ça signifie : "Attention, on peut faire
autrement". "Tu sais, je peux toujours demander le divorce. C'est
pas écrit dans le ciel qu'on vivra ensemble toute notre vie !".
"Si le ciel est avec nous, il ne pleuvra pas du week-end."


Go à la page principale d'archives