IL Y A BIEN LONGTEMPS

Par: (pas credité)


Fêter Noël, c’est commémorer un événement qui s’est produit, il y a bien longtemps, tellement d’ailleurs qu’on en a perdu peut-être le compte exact, peu importe, on se rappelle le mythe.

Mais, cette expression « il y a (bien) longtemps » évoque ce qui s’est passé dans un temps ancien, révolu, et somme toute, assez indéterminé. Deux autres expressions ont une fonction voisine, mais renvoient à une période dont on a déjà parlé, relativement précise et définie :
- A l’époque, il était marié avec Céline Beauregard.
- En ce temps-là, on pouvait encore prendre les autobus au vol, en sautant sur la plate-forme.

Cette dernière tournure renvoie à un passé réellement lointain, plus que « à l’époque ». « Montaigne a parcouru l’Europe à pied ». En ce temps-là, les voyages étaient rares et difficiles.

L’expression, elle-même, fait presque un peu désuète, et fait parfois allusion à un temps subjectivement ancien, à un passé nostalgique : « En ce temps-là, la vie était plus belle »... Pour exprimer une époque ancienne, on utilise aussi des adverbes :
- « Autrefois », j’allais souvent me promener, aujourd’hui, je n’ai plus le temps. « Jadis » a le même sens qu’« autrefois », mais le mot est plus rare et beaucoup archaïque. Il peut même être utilisé comme adjectif - « au temps jadis » - mais cet emploi est encore plus littéraire et ancien. Cf Villon : « Ballade des dames du temps jadis ».

Souvenons-nous du refrain de ce même texte : « Mais où sont les neiges d’antan ? ». On a là une tournure qui n’est quasiment plus employée dans la langue contemporaine mais qui est encore comprise, bien qu’elle ait un net parfum archaïque. Attention : « d’antan » ne peut s’employer que comme complément de nom : « les coutumes d’antan », mais non pas « antan, quand j’étais jeune », au sens de « autrefois, quand j’étais jeune ».

Terminons avec « naguère », dont le sens est censé être bien différent, mais qui s’estompe aujourd’hui. Dans « jadis et naguère », par exemple, les deux adverbes s’opposent : « il y a longtemps et il y a peu de temps ». Car « naguère » signifie : « il n’y a guère ». Mais, cette belle signification s’évapore peu à peu et « naguère » est bestialement pris pour un synonyme de « jadis » par nombre de nos contemporains ignares.


Go à la page principale d'archives