CONTEMPORAIN

Par: (pas credité)


" Présences " avance, l'hiver recule. Cette année comme les précédentes, " Présences ", ce festival de musique contemporaine, ancré dans les froidures de Février, nous rappelle que les jours rallongent. " Présences ", cette année, est consacré à Iannis Xénakis et aux jeunes compositeurs français : un grand ancien encore vivant, et quelques jeunes loups - une manière de donner un instantané de la musique contemporaine actuelle.

La musique contemporaine actuelle… hum, hum, friserions-nous le pléonasme ? Une mise au point s'impose sur le mot " contemporain ". Aussi bien nom qu'adjectif, son étymologie est transparente : " cum - tempus " (ou " temporis ") = " en même temps que ". En gros, voilà le premier sens. Vous êtes Evelyne, ma contemporaine : nous vivons dans le même temps, à la même époque. Pascal et Descartes étaient contemporains, comme Jésus et l'empereur Tibère.

Le mot souffre parfois une certaine élasticité. Georges Perec est mort, voici plus de quinze ans : il est considéré comme un écrivain contemporain, dans la mesure où il est vraiment senti comme étant " de notre temps ". Mais dira-t-on semblablement que Corneille était le contemporain de Racine ? Une trentaine d'années sépare leurs premières heures de gloire, et même s'ils ont pu se rencontrer, ils appartiennent à deux générations, et à deux styles différents.

Le mot est ancien, mais il se répand vers la fin du siècle dernier : l'Ecole de Jules Ferry, par exemple, définit les périodes de l'Histoire, et décide que " l'Histoire contemporaine " débute en 1848. Jules Lemaître fait paraître " Les contemporains ", galerie de portraits littéraires où l'on trouve des articles écrits entre 1886 et 1898.

Mais au XXème siècle, c'est dans le domaine de l'art que l'adjectif va faire fortune, et notamment depuis la dernière guerre. Comme une sorte de surenchère au mot " modrene ", " contemporain " définit les formes artistiques d'aujourd'hui : peinture, poésie contemporaines... Mais c'est surtout par rapport à la musique qu'on emploie le mot. Il s'agit de la musique savante. Attention, ni musique commerciale, ni musique de film, ni jazz, ni rock. Ça correspond un peu à la musique classique, (la " grande musique ") mais pour notre époque.

Pourtant, cet adjectif " contemporain " dégage quand même un parfum spécial : la musique contemporaine est toujours considérée d'accès, sévère et surtout atonale. Et de fait, un zozo comme Webern (pourtant mort en 1945) sera plus facilement taxé de compositeur contemporain que Steve Reich ou John Adams. On voit par là que le sens du mot " contemporain " n'est pas loin de l'idée d'" avant-garde " (théâtre contemporain), et qu'il implique souvent l'idée d'un art très formel. Ce qui explique bien l'extension du mot à d'autres domaines esthétisants : architecture contemporaine, ou surtout, mobilier contemporain : nouvelles matières et nouvelles formes.


Go à la page principale d'archives