ORPHÉE

Par: (pas credité)


Les visages d'Orphée d'Olivier Py à Clermont-Ferrand, Orphée aux
enfers d'Offenbach à Nice, l'Orphéon Celesta à la Pépinière-Opéra.
Aujourd'hui comme hier, le personnage d'Orphée est partout dans
notre paysage musical, et, si on ne cite pas Gluck, c'est vraiment
qu'on n'a pas le temps. La musique est très souvent présente dans
la mythologie (Apollon, les Muses, Pan...), mais c'est Orphée qui
la symbolise le plus. Avec sa voix et sa harpe, il enchante. Les
arbres et les pierres même l'écoutent. Il calme les vagues
lorsqu'il navigue avec les Argonautes ; il endort le serpent qui
garde le bois où Jason peut aller prendre la Toison d'or. Mais
tout héros a ses malheurs. Celui-ci aime la belle Eurydice, qui
l'aime en retour. Mais quand d'aventure, l'ingénue croise dans un
champ Aristée, celui-là n'y résiste pas et la course.
Elle s'enfuit, marche sur un serpent qui la pique. Elle meurt. On sait
la suite : les chants désespérés sont les chants les plus beaux,
et même Charon et Cerbère sont touchés par la douleur d'Orphée.
Ils le laissent passer, vivant, vers les Enfers. Orphée obtient de
récupérer son Eurydice à condition qu'il ne se retournera pas une
seule fois vers elle avant d'avoir revu la lumière. Il cède au
dernier moment, et voilà Eurydice deux fois perdue.

Le personnage d'Orphée est plus vivant dans la langue que son nom
qui n'a pas eu de si grande postérité. On peut quand même noter
"orphéon" qui désigne une chorale populaire. L'orphéon de Paris
eut des directeurs prestigieux : Gounod, Pasdeloup. Le mot est
aujourd'hui moins employé, mais son sens s'est étendu pour devenir
à peu près synonyme de fanfare ou d'harmonie. (NB "fanfare" :
étymologie amusante onomatopée probable mais c'est la même que
celle qui a donné naissance à "fanfaron" ; le sens d'origine est
bavard, bruyant). Il s'agit de petits orchestres amateurs, conçus
la plupart du temps pour pouvoir défiler (cf. l'anglais "marching
band"). L'instrumentation est donc réglée en conséquence :
instruments portables, cuivres dominants en général, plus quelques
bois et percussions cousues sur le ventre. Le mot d'orphéon
renvoie immanquablement à une histoire de l'Instruction publique
au XIXème siècle, à une prise en charge de l'Etat (et par la
morale) de l'éducation des pauvres. Et cela rappelle, bien sûr,
l'un des hasards les plus troublants de l'étymologie. Si orphéon
évoque orphelinat, c'est que les deux mots sont de la même
famille.

En effet, le nom d'Orphée veut probablement dire "privé" de (sa
femme) et dérive d'un mot grec qui signifie "privé" (de parent).


Go à la page principale d'archives