VALISES

Par: (pas credité)


Vacances d'hiver. C'est le milieu de l'année scolaire. Ceux qui
peuvent en ont profité pour partir : on fait sa valise.

"Faire sa valise" est donc lié à un préparatif de voyage. Mais
dans quel sens : partir ou rentrer ? Il semble que ce soit plutôt
le sens de rentrer qui l'emporte. Cf. Petite histoire de Marchais
en 80, avec sa Liliane : "Fais les valises, on rentre !".

On voit par là que l'image dominante n'est pas forcément celle de
l'évasion, du départ, de la liberté.

C'est souvent celle du départ, contraint et forcé, d'un endroit où
l'on n'a plus rien à faire, ou bien qui est devenu inhospitalier :
"je fais mes valises et je rentre chez ma mère !" : stéréotype de
la scène de ménage.

Plus sombre et plus historique, la formule : "la valise ou le
cercueil" (Cf "fais ta valise, mon pote !").

A l'inverse, défaire sa valise indique qu'on s'installe. Mais elle
est souvent utilisée à la négative, et au figuré : "sans même
défaire sa valise" = sans prendre le temps de s'arrêter, de
souffler un peu = on sait que c'est provisoire ("il est resté
6 mois chez IBM, sans même défaire sa valise") = c'est une étape.

Pose ta valise est encore bien plus figuré et ironique : cela
signifie : calme-toi et prend le temps d'écouter tranquillement ce
qu'on te dit.

Mais les valises valent aussi par ce qu'elles contiennent : la
valise diplomatique, par exemple, n'est pas une vraie valise mais
la possibilité donnée au personnel des ambassades de faire aller
et venir des biens entre leur pays et celui où ils sont en poste,
sans être soumis aux obligations douanières.

On passe donc facilement de cette évocation mystérieuse à celle de
valises pleines d'argent.

C'est ce qu'implique l'expression "porteurs de valises", liée à la
guerre d'Algérie, qui désignait les Français sympathisants du FLN,
qui aidaient les nationalistes algériens en acheminant des choses
dont ils avaient besoin, en général de l'argent.

L'expression "valise de billets" a été liée, dans le passé, au
financement occulte des partis politiques (on a trouvé des moyens
plus indirects depuis, avec, en particulier, des systèmes de
fausses factures).

Mais l'image s'est retrouvée, en filigrane, quand Jacques Toubon,
alors Garde des Sceaux, avait accusé le précédent gouvernement
d'avoir négocié "à valises ouvertes" avec les indépendantistes
corses.


Go à la page principale d'archives