FEMMES

Par: (pas credité)


On parle des femmes : c'est bientôt la journée (internationale) de
la femme (8 mars), et le 5, on va décerner le prix Veuve Cliquot à
la "femme d'affaire" de l'année.

"Femme d'affaire" ? L'expression ne surprend plus vraiment; elle
est en passe d'entrer dans les moeurs, dans la mesure où cette
activité passe elle aussi dans les moeurs, et où cette profession
se féminise (en tout cas, les femmes n'y sont plus tabou, comme
elles avaient coutume de l'être).

D'autres expressions suivent le même chemin : elles comportent le
mot homme - souvent sous la formule "homme de... - et désignent
des activités qui longtemps ont été les domaines exclusivement
masculins. Si maintenant ça change, le langage change aussi - et
on peut parler de femmes politiques, de femmes de lettres,
de femmes de science. Femme publique, comme symétrique d'homme
publique, est possible, mais plus rare, probablement à cause de la
proximité de l'expression péjorative fille publique
(= prostituée).

Certains domaines, à l'imaginaire et au decorum très symboliques,
et donc très conservateurs, sont bien plus réticents : on ne parle
pas de femme de loi, alors que les avocates, magistrates,
procureurs se sont multipliées ces dernières années (jusqu'au
Garde des sceaux). C'est peut-être aussi que l'expression "homme
de loi" est elle-même en perte de vitesse.

Bien sur, si l'expression est liée à une réalité du passé, le
passage au féminin est quasi impossible. On ne parle plus
aujourd'hui d'homme de guerre - on parlera encore moins de femme
de guerre. Idem pour l'homme de mer, et même l'homme d'équipage
répugne, dans la réalité comme dans la langue à être remplacé par
une femme d'équipage ou de barre, ou de vigie : lorsque les
fonctions sont spécialisées, c'est encore plus rigide.
Le passage au féminin est impossible également quand les
expressions avec homme ont un sens figuré : hommes de l'art (=
médecin) ou homme de paille (= prête-nom lors d'un montage
financier délictueux) seront toujours des hommes, quel que soit
leur sexe réel...

Ainsi on parle d'une femme politique, mais pas de femme d'Etat.
Et dans l'autre sens, c'est à peu près le même processus, bien que
les expressions "femmes de..." liées à une activité soient
nettement moins nombreuses.

Ainsi, femme de chambre est désuet (le mot comme la fonction). Par
contre femme de ménage a pour symétrique courant homme de ménage.
Le processus est similaire que pour homme politique, mais
évidemment, c'est à l'autre extrémité de la hiérarchie sociale.


Go à la page principale d'archives