ANNUAIRE ET BOTTIN

Par: (pas credité)


Les nouvelles technologies progressent à pas de géant. Surtout dans le
domaine des communications. Et pourtant, les anciennes habitudes ne
s'évaporent pas toutes en un clin d'œil. Ainsi, on vient d'avoir
confirmation de la pérennité de nos bons vieux annuaires, malgré le
développement des Minitel, Internet et Compagnie...
En effet, dans le langage courant, l'annuaire, c'est celui du téléphone,
dans lequel on peut trouver alphabétiquement tous les abonnés, hormis ceux
qui se sont fait mettre sur liste rouge.
Autre jargon colorié et assez récent : les pages jaunes, c'est-à-dire
professionnelles.
L'annuaire est remis à jour chaque année, ce qui permet de comprendre
l'origine du mot : annuel.

Longtemps, le mot a été synonyme d'almanach ou de bottin.
Premier sens du mot annuaire : publication qui reprend et résume les
événements de l'année écoulée. Le premier date en France de 1532, et s'est
successivement appelé Livre Commode, puis Almanach Royal. Chronique
officielle de l'histoire immédiate, il contenait aussi des notices
biographiques, etc.
1794 : Annuaire de la République française.
1871 : Annuaire météorologique et agricole de l'observatoire de Montsouris.
On voit donc se dessiner quelques soucis scientifiques.
Passons maintenant à l'Almanach : calendrier qui s'agrémente de tout un tas
d'indications astronomiques, pratiques, économiques et même moraux. Le
calendrier finit par devenir secondaire.
Citons l'un des plus connus : l'Almanach Vermot, qui émaille chaque jour
d'une plaisanterie ou d'un calembour.
Il y en eut bien d'autres, Citons seulement l'Almanach du Bonhomme Richard,
(1732), décrit comme un "bréviaire de morale simple, de savoir utile,
d'hygiène pratique".
Enfin, l'Almanach de Gotha - alias le Gotha -. Celui-ci est généalogique et
diplomatique, et donne des détails sur les familles princières. Le mot est
passé dans le langage courant : il y avait tout le Gotha = toutes les
têtes couronnées et les familles nobles.

Le Bottin mondain tourne un peu la même sauce en moins élitiste.
Mais nous voici en possession d'un troisième mot : le Bottin, qui est
également un répertoire de noms, en général, classés alphabétiquement. Et
lorsqu'on parle (ou parlait…) du Bottin, sans préciser, on pensait
généralement au Bottin du téléphone, qui concurrençait l'Annuaire. Mais
Bottin du téléphone n'est pas l'appellation officielle. Un peu d'histoire :
Sébastien Bottin, d'abord Secrétaire Général de la Préfecture dans le
Bas-Rhin, puis le Nord, établi une liste alphabétique des commerçants des
départements où il officiait. En 1819, il s'attaque à Paris. L'entreprise
fusionne en 1857 avec le célèbre Firmin-Didot, et voilà notre Bottin devenu
Annuaire du commerce. Le mot s'est, par la suite, répandu comme un synonyme
d'annuaire, et tous les petits enfants de bonne famille s'en sont servi
pour surélever leur tabouret de piano.



Go à la page principale d'archives