LOI

Par: (pas credité)


"Elf ne fera pas la loi en Afrique !". C'est autour de ce mot d'ordre que
va se tenir une manifestation qui veut contrecarrer la puissance de cette
société. C'est donc qu'elle fait la loi ? Ou qu'elle aimerait bien la faire ?
Il ne nous appartient pas d'en juger, mais d'examiner plutôt
l'intéressante structure de cette expression. Faire la loi est synonyme de
faire la pluie et le beau temps : tout commander, tout régenter, tout
décider. Faire la loi, c'est donc imposer sa volonté. L'expression est
familière, et sert souvent à désigner qui commande : "A la maison, c'est
Tonton qui fait la loi !". Mais prise au pied de la lettre, l'expression
est ironique, et presque contradictoire : il s'agit en effet d'un pouvoir,
et non d'une vraie loi. Et au sens propre, la loi (façon générique de
désigner l'ensemble des lois) est censée être la même pour tous, et être
faite avant d'avoir à s'appliquer.

Ce mot de loi s'applique d'abord à un domaine religieux : c'est ce qui est
imposé à l'Homme par la divinité. Puis, le mot se laïcise, et la loi
désigne l'ensemble des règles qui régissent une société (la loi, c'est la
loi ; nul n'est censé ignorer la loi). Enfin le dernier sens important du
mot renvoie à la physique : on parle de la loi de la gravitation, de la
chute des corps : c'est l'énoncé d'une relation nécessaire entre plusieurs
phénomènes. Donc la loi, par définition, échappe au caprice et à la
volonté… ce qui démontre bien l'ironie de l'expression dont nous sommes
partis : faire la loi.

On retrouve cette ironie dans plusieurs autres expressions qui expriment
justement la puissance arbitraire et tyrannique : la loi du plus fort. Et
l'expression s'emploie simplement pour constater, ou déplorer que le plus
faible a dû céder la place. Elle n'implique pas nécessairement l'idée de
procédés déloyaux de la part du plus fort en question : "Entouré par deux
supermarchés, le petit commerçant a dû fermer sa boutique : c'est la loi du
plus fort".

La loi de la jungle est plus féroce, et plus retorse, en évoquant un monde
dangereux, sans pitié, où chacun lutte pour sa survie, mais où tous les
coups sont permis. Si les supermarchés en question font pression sur leurs
fournisseurs pour acheter au plus bas prix, revendent sans bénéfice ou
quasiment, et envoient les polyvalents au pauvre petit commerçant, là,
c'est la loi de la jungle.

On trouve une contradiction semblable dans la phrase de La Fontaine :
"La raison du plus fort est toujours la meilleure", qui, d'ailleurs, débouche
sur une anecdote animalière, tout autant que l'image de la jungle.


Go à la page principale d'archives