FOOT : NOM DES POSTES DE JEUX

Par: (pas credité)


Evolution en fonction de la tactique de jeu et de la dénomination des joueurs, mais aussi des modes. Toute équipe de football, quel que soit son système de jeu évolue en trois lignes successives (sans compter le gardien) : les arrières, que l'on appelle aussi les défenseurs (la défense), les lignes intermédiaires que l'on appelle demis mais aussi milieux de terrain (terme plus récent = et les avants, appelés aussi attaquants (l'attaque). Dans chaque ligne, le nombre et le nom des postes de joueurs différents en fonction du système de jeu. L'évolution des dispositions sur le terrain explique en retour l'abandon et l'apparition de nouvelles dénominations. Cependant, certaines d'entre elles évoluent peu.

1) Goal/Gardien de but. Ce poste, qui n'évolue pas par définition, a connu une évolution liée à un phénomène général que l'on observe dans d'autres domaines, celui de la tendance à franciser les termes. On a longtemps utilisé le terme de goal qui était en fait un raccourci de goal keeper en anglais. Le mot goal signifie, employé seul, but ce qui fait que le goal désignait paradoxalement le joueur chargé de s'opposer au but. Aujourd'hui, goal a vieilli et ne s'emploie plus beaucoup, (sauf dans le sens orthodoxe de " but " par les reporters sud-américains qui se sont fait la spécialité de hurler " goaaaaaaal…! " à chaque but de leur équipe). Il a été remplacé par gardien de but, souvent abrégé en gardien. On a connu aussi une époque où les commentateurs utilisaient le substitut " portier ", expression imagée : le gardien garde la " porte ", il surveille les entrées… Cette expression est un peu désuète aujourd'hui.

2) Les lignes arrières : le nom des joueurs qui jouent sur les côtés a peu évolué : arrière droit : gauche ou arrière latéral (plus récent). La dénomination des arrières qui occupent le centre de la défense a, lui, davantage évolué. Dans les premiers systèmes il n'y avait qu'un joueur au centre que l'on appelait demi-centre (ne se dit plus) ou arrière-central. Il y en a eu ensuite deux. On parle volontiers aujourd'hui de la " charnière centrale ", image qui indique la complémentarité des deux joueurs. Dans certains systèmes de défense, l'un est appelé le stoppeur (terme indiquant bien sa fonction). Il est chargé de surveiller l'avant-centre de l'équipe adverse et de l'empêcher de s'avancer vers le but, l'autre est appelé " libéro " qui, comme son nom l'indique, est " libre ", c'est-à-dire qu'il ne surveille (on dit " marquer ") aucun joueur de l'équipe adverse en particulier, il est seulement chargé de " couvrir " (protéger ses partenaires) et de les suppléer, derrière eux, au cas où ils auraient été débordés par leur adversaire.

3) Les attaquants/avants. Traditionnellement, les attaquants qui jouent à droite ou à gauche sont nommés ailiers (ils jouent à l'aile). Le terme n'a pas évolué. De même, l'attaquant central (n° 9 dans la tradition) est nommé avant-centre. On utilise aussi fréquemment la dénomination " attaquant de pointe ". Ce joueur est censé être un " buteur ".
Dans le passé, on appelait " inter " (abréviation d'intérieur) un joueur qui évoluait entre l'ailier et l'avant-centre, un peu en retrait. Cette dénomination a disparu avec l'évolution des dispositifs.

4) Les milieux de terrain (abrégé souvent en milieux). Cette dénomination générale montre que ces joueurs ont une position intermédiaire entre les lignes d'arrières et d'avants. On distingue aujourd'hui les milieux " offensifs " et " défensifs ", selon qu'ils ont vocation à jouer plus ou moins avancés sur le terrain. Parmi ces milieux, l'un a un rôle majeur, il porte en général le n° 10 par tradition, il est chargé de diriger le jeu de son équipe, on parle de " meneur de jeu " : Platini en son temps, Zidane aujourd'hui.


Go à la page principale d'archives