FOOTBALL : AUTOUR DU BUT

Par: (pas credité)


Idée de départ : l'objectif du football est de faire pénétrer un ballon rond dans un endroit appelé " but ". D'où une série de mots de vocabulaire autour de cet endroit.
But : deux sens :
a) l'endroit où l'on doit expédier le ballon.
b) le fait de faire rentrer le ballon en cet endroit (marquer un but).

1) Le but comme endroit. A noter que le mot s'emploie souvent au pluriel en ce sens : " les buts ". Ce pluriel est curieux puisqu'il n'y a bien qu'un seul but pour chaque équipe. Pourtant on dira : " il garde les buts de son équipe " mais il est dû sans doute à sa configuration. Le but est constitué de deux poteaux reliés par une barre dite " transversale ", le tout étant enveloppé d'un filet, dont la fonction première est de permettre une vérification facile de la trajectoire du ballon (est-il passé entre les poteaux ou non ?). Les enfants dans les cours de récréation disent facilement : " c'est à toi d'aller dans les bois ", ce qui n'a rien à voir avec la forêt, mais signifie " prendre la place de gardien de but ". Les buts, au pluriel, sont certainement liés à ce pluriel les bois et à l'homophonie (les deux expressions commencent par " b " suivi d'un phonème vocalique).

Autre désignation pour le but (forme imagée) : " la cage " (à cause de la forme close). A noter qu'on entend ou on lit aussi parfois " les cages ". Même problème de contamination. On dit aussi par métonymie " les filets " (Barthez garde " les filets " de l'équipe de France).

2) Les constituants du but : les poteaux, appelés aussi les montants : " il a tiré sur le poteau/le montant ", et la barre transversale " souvent abrégée en " barre " tout court ou en " transversale " (substantivée) : " le ballon a touché la transversale ".
Les filets : jusqu'à une époque récente , on parlait des filets qui restaient un objet global, désigné souvent au pluriel les filets, mais aussi (moins souvent) au singulier le filet. Les filets dessinent approximativement un volume trapézoïdale, avec une partie en longueur qui a une mesure identique à la distance qui sépare les deux poteaux et une partie en profondeur qui correspond à la distance séparant la ligne de but et le " fond des filets " (mettre la balle au fond des filets = marquer un but). Cette portion est appelée aujourd'hui " petit filet ", expression assez récente. Elle a été forgée par les commentateurs pour indiquer qu'un joueur a expédié le ballon dans le " petit filet ", ce qui peut avoir deux sens :
a) il a marqué un but en tirant au ras du poteau de telle sorte que le ballon est entré en frappant le filet de côté, à l'intérieur. Dans le passé, on parlait plus volontiers de tir " en coin ".
b) Il a tiré dans un angle très fermé (aigu) et il a touché l'extérieur du petit filet (sans marquer, mais en étant près de la cible).

3) Images relatives à la disposition des buts.
Traditionnellement, l'angle supérieur du but formé par la rencontre de la barre transversale et d'un poteau est appelé " lucarne " : " x a logé la balle dans la lucarne " = il a marqué en plaçant la balle dans l'angle supérieur du but. C'est, en effet, un des lieux que le gardien a du mal à protéger. Certains commentateurs poètes ( ?) ont brodé sur l'image : Ainsi on dira d'un joueur qui a réussi un tir dans la lucarne qu'il a nettoyé (ou enlevé) la " toile d'araignée " = la lucarne étant un endroit difficile à atteindre, le ballon n'y passe pas souvent, comme le balai dans certains recoins…
Depuis peu, on a vu apparaître une image symétrique, qui n'existait pas encore, pour désigner l'angle inférieur du but, formé par un montant et le sol : le " soupirail " : beaucoup moins employé, mais attesté (par Guy Roux, entraîneur de l'équipe d'Auxerre, et conseiller technique de TF1 !).

4) La ligne de but : ligne qui se trouve dans le prolongement du but. Si un défenseur fait passer le ballon au-delà de cette ligne, le ballon est rendu aux attaquants qui le remettent en jeu depuis l'angle du terrain. Cette phase de jeu s'appelle un " corner ", abrégé de l'anglais " corner kick ", dans lequel le mot corner renvoie à la notion de " coin ". A noter que les Belges francophones traduisent l'anglais et appellent cette phase " coup de coin " et non pas corner…

5) Les tirs au but : depuis quelques années, on a inventé cette épreuve destinée à départager les équipes à égalité après le temps réglementaire et les prolongations prévues par les règles du jeu, afin d'éviter de rejouer les matches qui nécessitent la désignation d'un vainqueur. Cette épreuve rejoint l'idée initiale du football : faire rentrer la balle dans un " but ", puisque cinq joueurs de chaque équipe exécutent cinq tirs en direction du gardien de l'équipe adverse à partir d'un point situé en face du but, à 11 mètres environ, matérialisé sur le sol. A l'issue de cette première série de tirs, l'équipe qui a marqué le plus grand nombre de buts est déclarée gagnante. En cas d'égalité, on procède à une seconde série de tirs. Mais à la différence de la première, on arrête la séance dès qu'une équipe prend l'avantage au score à nombre de tirs égal.


Go à la page principale d'archives