FAUVE(S)

Par: (pas credité)


1) Le terme " fauves " appliqué au mouvement pictural rassemblant Matisse, Derain, Vlaminck, Marquet, Rouault, Van Dongen…

Origine : Au salon d'automne en 1905, un critique d'art, Louis Vauxcelles, apercevant une petite sculpture de facture classique entourée par des œuvres de Matisse, Derain, Vlaminck, etc., s'écrie : " Donatello parmi les fauves ". Allusion claire à la violence de cette peinture qui choque les contemporains.
Dans cette expression : Fauve = deux sens légèrement différents. Fauve = couleurs vives, en aplat qui peuvent rappeler les couleurs fauves (voir plus bas) couleurs violentes.
Le mot a donné naissance à " fauvisme ", terme utilisé pour désigner l'école de peinture qui est née à partir du mot " fauve " employé par Vauxcelles.

2) Cela renvoie au double sémantisme de fauve :

Comme adjectif, couleur tirant sur le roux : les couleurs fauves de la forêt. D'où l'usage pour désigner les animaux sauvages à pelage roux ou marron, les " bêtes fauves ", vivant dans la forêt, incluant aussi les animaux comme daims, cerfs, etc. " Fauve " = adjectif de couleur.
Comme nom commun, un fauve = " animal sauvage ", prédateur = synonyme d'animal féroce. D'où, par rapport à la notion précédente, le mot " fauves " n'inclut pas daims, cerfs, etc. mais seulement, lions, tigres, etc. les fauves de la ménagerie d'un cirque ou d'un zoo. (Ménagerie : lieu où sont gardés les fauves, au sens d'animaux féroces, dangereux potentiellement). D'où l'idée dérivée d'animal féroce, violent. Les grands fauves d'Afrique ou d'Amérique : lions, léopards, etc.
Idée de puissance : d'où le transfert de la couleur à l'odeur : une odeur " fauve " (forte), " ça sent le fauve ".
Par image, on parlera des " grands fauves " de la vie politique, on dira d'un individu dangereux qu'il est une " bête fauve " ou un " fauve traqué " (en parlant d'un individu qui a commis un délit grave et tente de se soustraire aux recherches policières).

3) Cette idée de violence et de sauvagerie, de monde sans merci, a pu inspirer par exemple le titre d'un des premiers films réalisés sur le thème du sida " Les nuits fauves ", qui joue certainement sur le double sens du mot (couleur et violence) avec une valeur poétique. Emploi comme adjectif. A comparer, par exemple, avec l'usage de sauvage, dans la même position : " L'équipée sauvage ", " la horde sauvage " ou l'adjectif barbare, cf. le titre d'un récit romanesque transposé au cinéma : " Les noces barbares ".


Go à la page principale d'archives