CYCLE

Par: (pas credité)


26,6 km supplémentaires de pistes cyclables fin 98 à Paris ! C'est tout ce
que ça vous fait ? Ah, on voit que vous n'aimez pas vraiment le vélo. Les
cycles vous laissent froids, et ses pistes itou ! C'est pourtant la
proposition qui vient d'être soumise au Conseil de Paris dans le but
évident de favoriser les deux-roues sans moteur (les vélos pour parler
net). En effet, cyclables, dans cet emploi, ne renvoie qu'à ce type
d'engins, à l'exclusion de toute pétrolette et, bien sûr, de toute voiture.
Qui dit cycle, sous-entend donc bicycle, et la plupart du temps énergie
musculaire. Ce qui ne va pas de soi, puisque le cycle, étymologiquement
c'est le cercle, par conséquent la roue, et que les voitures à quatre roues
pourraient s'en prévaloir. Seulement voilà : comme les deux roues ne
gardent leur équilibre qu'en mouvement, et par un miracle de la physique
qui échappe totalement au bon sens ; leurs roues, leurs cycles sont très
investis. Le bi de bicyclette a donc été abandonné dans cycliste, cyclisme.
Un moteur adjuvant est possible, ce qui donne le cyclomoteur, abrégé
parfois en cyclo – mais pas en France où l'abréviation familière est plutôt
mob, apocope de la marque déposée Mobylette. Lorsque le moteur est plus
important, les deux racines s'intervertissant : motocyclette. Mais l'âme de
la pédale est trahie, le symbolisme du cylindre l'emporte, et la cyclette
tombe pour laisser vrombir la moto.

L'image originale du cercle, on la trouve encore dans quelques mots qui
viennent du grec comme cycle : cyclope – celui qui n'a qu'un œil rond ;
cyclone, tourmente venteuse qui procède par tourbillons. Mais on utilise
plus souvent l'image du cercle comme celle de l'éternel retour. C'est cette
régularité figurée qui est à l'œuvre dans ce mot de cycle qu'on a déjà cité :
on l'utilise très souvent de façon abstraite, pour parler du cycle des
saisons. On parle aussi de phénomènes cycliques lorsqu'ils reviennent
régulièrement.

Ce mot de cycle est si usité qu'il finit par prendre le simple sens
d'ensemble fini, déterminé : un cycle d'études, un cycle d'examens. Et
recycler a, paraît-il, voulu dire d'abord orienter vers un nouveau cycle
d'études. Mais le sens a bien changé : se recycler, c'est maintenant se
reconvertir dans un secteur d'activités différent de celui dans lequel on a
déjà exercé une activité professionnelle. Et le recyclage du papier a
encore un sens différent ; ce n'est pas vraiment qu'il change d'activité,
c'est qu'il retrouve sa vocation première après un long destin circulaire,
sorte de réincarnation industrielle qui fait que la boucle est bouclée et
que le cycle se mord la queue : tu es papier et tu retourneras papier.


Go à la page principale d'archives