TOUR DE FRANCE

Par: (pas credité)


Le Tour de France est parti, et il ne faudrait pas, sous prétexte qu'on
aime le football, négliger cette grande fête de la pédale qui fait vibrer
notre pays pendant une bonne partie du mois de juillet. Le Tour (tout
court), la grande boucle, les surnoms ne manquent pas pour cette pêche au
maillot jaune dont l'aspect circulaire a fait école (cf le giro d'Italie).
Le Tour de France fait-il vraiment le tour de la France ? On ne va pas
chipoter : même si la rondeur n'est pas parfaite, le trajet est à peu près
circulaire, bien qu'on ne revienne pas exactement à l'endroit d'où l'on
était parti. L'idée générale est bien sûr celle d'un parcours qui se mord à
peu près la queue, et cette expression de Tour de France préexiste à notre
histoire de vélo : c'était fait à pied par les artisans d'antan, les
Compagnons du Devoir, qui, leur chef d'œuvre accompli, faisaient ce
pèlerinage technico-initiatique pour apprendre toutes les techniques en
vigueur dans les différentes provinces françaises dans leur spécialité.

Ce Tour de France aurait-il pu s'appeler tournée ? Oui. On a la même
image d'un parcours à étapes, dont chacune permet un échange. Le mot,
aujourd'hui, s'emploie surtout pour des artistes qui enfilent une série de
représentations dans des lieux différents. En plus des comédiens et
musiciens, ce sont aussi les politiques qui s'y "collent"... avant une
échéance électorale, ils vont rappeler aux électeurs tout le bien qu'ils
ont l'intention de leur faire si on leur fait confiance.

Le Tour lui-même, mot français, qui remonte au XIème siècle a plu aux
Anglais et ils nous l'ont emprunté avec, entre autres, un sens précis qui
renvoie au voyage d'agrément. C'est cette acception qui est à l'origine de
tourisme, touriste, touristique (anglicismes qui nous sont
revenus et sont parfaitement acclimatés en français de nos jours ; cf.
Stendhal et ses Mémoires d'un touriste en 1838, mais ces sympathiques
errances d'intellectuel voyageur se sont beaucoup démocratisées depuis). Le
mot touriste est si français aujourd'hui qu'il a même des sens figurés tout
à fait particuliers : l'élève qui vient au cours en touriste est celui qui
manque d'assiduité, vient quand ça lui chante, avec une curiosité
désinvolte.

Mais, l'approbation anglophone du mot tour a eu une autre conséquence : le
mot, en anglais, est souvent synonyme de voyage organisé, et les
organisateurs de séjours, de voyages, de circuits se font parfois appeler,
dans un jargon professionnel qui déborde sur la clientèle, tour operators.
Vous pouvez aussi les appeler voyagistes...


Go à la page principale d'archives