FOIS

Par: (pas credité)


"Il était une fois…" : c'est ainsi, traditionnellement qu'on commence un
conte, une histoire. Et avec les Francophonies du Limousin, ce festival de
l'expression francophone, ces fois sont tout particulièrement à l'honneur.

Ce vieux mot ("veiz" en ancien français) est bien difficile à expliquer :
occasion, moment où se passe une chose.
En tout cas, cette formule "il était une fois" veut plutôt dire "il n'a
jamais été…". Elle situe délibérément l'action hors du temps réel et de
l'espace : nous sommes dans la fiction et l'imaginaire.

Le mot "fois" est souvent en composition pour former des adverbes de
temps qui évoquent soit le passé = autrefois, soit la relative rareté =
quelquefois ou parfois.
Attention, il arrive qu'on dise "des fois" dans le même sens. Cette
expression "sent" le langage populaire. Elle est en principe à éviter. De
toutes façons, elle appartient à une langue familière un peu surannée et on
l'entend sûrement moins qu'il y a quelques années.

Cette expression "des fois", toujours familière, se trouve aussi, de
temps en temps, dans un contexte particulier : pour signaler une hypothèse :
"J'ai pris un stylo, des fois qu'on nous demanderait d'écrire…". C'est
l'exact équivalent de "au cas où…".
Et puis, une dernière formule de récrimination, où on sent bien le
proverbial amour de la "rouspétance" française - même s'il est plus
culturel que réel : c'est "non mais des fois !...", "je ne vais pas en
plus l'attendre 107 ans, non mais des fois !…".


Go à la page principale d'archives