PILULE

Par: (pas credité)


1998 est bien le trentenaire de la pilule. Cela fait en effet 30 ans
qu'elle est devenue (à peu près) accessible aux jeunes femmes (en France,
tout au moins), ce qui a occasionné une graduelle révolution des moeurs,
voire de l'identité féminine.

La pilule, sans préciser laquelle… Présentée comme ça, on sait qu'il
s'agit d'un médicament qui permet le contrôle des naissances par le blocage
de l'ovulation.

On n'a pas formé d'adjectif sur pilule, mais on en a connu un, bien lourd
et bien long : anticonceptionnel (= qui empêche la conception). Il n'a pas
vécu jusqu'à nous, car on l'a remplacé par une sorte de mot valise :
contraceptif, formé sur contraception (contre la conception).

Mais les pilules sont bien plus anciennes que la législation des
contraceptifs oraux. Ces petites boules ont à voir avec le savoir-faire de
l'apothicaire qui les fabriquait. Et parfois, pour éviter qu'elles se
collent entre elles, il les recouvrait d'une fine pellicule d'argent, ou
même d'or. Les "pilules aurifiées" font mieux comprendre l'existence de
l'expression dérivée : dorer la pilule, c'est-à-dire présenter sous un jour
favorable une situation qui ne l'est pas. Car, dans la langue figurée, la
pilule est presque toujours amère. Et si on veut "faire passer la pilule",
c'est qu'on accentue une petite compensation, un détail agréable, qui
tente de faire oublier une situation globalement négative.


Go à la page principale d'archives