DITES "H"

Par: (pas credité)


Le vendredi 13 est-il un bon jour pour annoncer la semaine des handicapés ?
Profitons-en pour s'occuper d'une erreur de prononciation qu'on entend souvent :
les *z-handicapés. La règle est formelle, le h initial de ce mot interdit la
liaison. Bien sûr, si l'usage de faire la liaison se généralisait, la
règle, de fait, changerait : pas de règle sans usage. Mais il ne semble
pas qu'on en prenne le chemin : même si la faute s'entend, elle paraît en
recul, et d'ailleurs le nom handicap ne pose pas de problèmes : on n'entend
pratiquement jamais un *n-handicap.

Plus probant encore à cet égard est le haricot : à cet innocent légume,
s'est accroché tout le purisme linguistique d'après-guerre : les
*z-haricots étaient vulgaires, les haricots distingués. Le français
populaire n'a pas disparu, Dieu merci, mais les *z-haricots, pratiquement.
(Et la Louisiane est un cas à part).
De fait, les fautes qui consistent à faire la liaison alors qu'on ne devrait
pas, n'existent presque plus chez les francophones natifs. L'expression à
tout hasard est l'une des rares à susciter parfois la faute. Attention !
ces particularités restent une des difficultés majeures pour ceux qui
apprennent le français. En effet, aucune règle ne vous permet de savoir si
le h initial est "aspiré" (c'est-à-dire interdit la liaison) ou "muet"
(il autorise la liaison).

Mais ce qui est intéressant, c'est de voir que le domaine des fautes s'est
pratiquement déporté de l'autre côté. En pensant que l'absence de liaison
est chic, on évite de lier là où il faudrait.
En particulier sur des mots relativement peu courants : certains adjectifs,
comme hirsute, ou hilare. L'hyène, animal mal aimé, pousse au crime
phonétique, et devient *la hyène plus souvent qu'à son tour. Quant à
l'hiatus, n'en parlons pas. Ce mot savant et linguistique qui désigne la
juxtaposition de deux voyelles, se prononce sans tenir compte du h initial.
Et la faute est à mettre au compte de l'hypercorrection : on en fait trop
en voulant bien parler. L'erreur peut être à mettre sur le dos d'une
confusion : c'est le cas pour les *(h)anches, prises pour les hanches. Le
mot traduit souvent l'anglais reeds, et désigne les instruments à anche,
qui s'opposent souvent au cuivres. On avait l'habitude de les appeler les
bois, mais cette dénomination est paradoxale quand il s'agit de saxophones.

Enfin, on peut signaler quelques mots sur lesquels locuteurs comme
grammaires hésitent : HLM, logiquement devrait se prononcer comme
habitation d'où il dérive. Mais, le recours au sigle fait qu'on est amené à
ne pas lier : mon HLM.


Go à la page principale d'archives